Burkina Faso: Présidentielle - La dernière ligne droite

CDP : les militants du Kadiogo en ordre de bataille pour un «Changement générationnel»

En prélude à l'élection de dimanche prochain, la campagne bat son plein et les imprimeries tournent à plein régime pour produire le matériel électoral.

En raison de l'insécurité liée aux groupes djihadistes qui sévissent au Burkina Faso, près de 1500 villages (sur plus de 8000) ne voteront pas dimanche, soit 17,7 % du territoire national, a constaté le Conseil constitutionnel. Plus d'un million de personnes, soit 5 % de la population, ont abandonné leurs domiciles pour se rapprocher des métropoles, fuyant ainsi les attaques djihadistes dont les membres pourraient profiter de la mobilisation autour des élections, prévues dans cinq jours, pour sévir. A la veille de ces élections, la dégradation sécuritaire au Burkina Faso se poursuit avec des frappes terroristes. Mercredi dernier par exemple, 14 soldats ont encore été tués dans une embuscade à Tin Akoff, village proche de la frontière nigérienne. Ces exactions islamistes sont souvent entremêlées aux conflits intercommunautaires. Quelques partis politiques, à la suite de cet incident, ont dû surseoir à leur campagne pour honorer la mémoire de ces soldats tombés, certains pour 48 heures.

La présidentielle du dimanche 22 novembre prochain sera couplée aux législatives. Dans les imprimeries, les rotatives tournent à plein régime. 14 candidatures avaient initialement été enregistrées par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Une seule a été rejetée le 7 octobre dernier. Kindo Harouna n'a pas pu réunir la caution de 25 millions de F exigée. Parmi les 13 précédents retenus, il y a le président sortant, candidat à sa propre succession. Roch Marc Christian Kaboré brigue un second mandat. En face de lui, deux candidats de l'opposition émergent : le chef de file de l'opposition Zéphirin Diabré, deuxième en 2015, et le candidat du parti de l'ancien président Blaise Compaoré, Eddie Komboïgo. A côté d'eux, il y a également Kadré Desiré Ouédraogo, ancien Premier ministre de Blaise Compaoré, et un autre ex-chef de gouvernement sous la transition, Yacouba Isaac Zida. L'opposition y va en rangs dispersés et compte seulement ouvrir la voie pour une union contre Kaboré au second tour. C'est pourquoi le camp du président sortant espère remporter dès le premier tour.

Politiquement, le scrutin de dimanche apparaît comme le plus ouvert depuis la chute de Blaise Compaoré, chassé par une insurrection populaire en 2014, après 27 ans de règne. Des experts de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et de l'Union africaine (UA) ont estimé mercredi, après une semaine d'audit, que le fichier électoral du Burkina Faso était « fiable » pour des « élections en confiance ».

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.