Congo-Brazzaville: Musique - Tshala Muana interpellée puis relâchée pour la chanson « Ingratitude »

"Ingratitude", tel est le titre du dernier opus de la chanteuse Tshala Muana qui lui a valu des ennuis, le 16 novembre, avec l'Agence nationale de renseignement (ANR).

La chanson est présentée, à tort ou à raison, comme un pamphlet dirigé à l'endroit de l'actuel chef de l'Etat au regard de son contenu à forte saveur polémiste. La « Mamu nationale » qui est d'obédience PPRD, c'est-à-dire, proche de l'ancien président de la République, Joseph Kabila, n'a sûrement pas mesuré les dégâts collatéraux qu'allait provoquer sa chanson dans un contexte de surchauffe politique de ces dernières heures.

En effet, la tension actuelle au sein de la coalition FCC-Cash sur fond des signaux de rupture entre ces deux forces politiques n'aura pas favorisé une bonne réception de la chanson. Chaque camp essaie d'interpréter son contenu à sa manière. « Ni à un examen, encore moins à une compétition tu n'as jamais gagné. Maintenant que le maître t'a montré le chemin, tu as pu t'en sortir. Et après que tu aies franchi, tu le trahis. Fais attention, tu marches avec vitesse, vaille que vaille, tu marches sans prudence », chante l'artiste. A qui s'adresse-t-elle, pourrait-on s'interroger d'autant plus qu'aucun nom n'est cité.

Le reste est un déroulé des boutades, des paraboles et des expressions alambiquées difficiles à décoder. L'auteure fait, par ailleurs, recours à la bible, et évoque la rébellion de Satan contre son créateur, ou encore, la trahison de Judas vis-à-vis de Jésus de Nazareth. Se mettant dans la peau d'une victime, elle fustige l'ingratitude, banni tous ceux qui en ont fait leur seconde nature, et professe l'infortune à leur endroit. « Tu ne descendras que sur l'arbre par lequel tu es bien monté », chante-t-elle.

Une certaine récupération politicienne s'est vite cristallisée autour de la chanson, chaque camp politique cherchant à exploiter des bribes des phrases cadrant avec ses aspirations. L'UDPS/Kibassa autant que d'autres formations politiques ont fustigé l'interpellation dont a été l'objet la reine de Mutswashi estimant que le président de la République est mentalement forgé pour subir des critiques de tout genre.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.