Ile Maurice: Blanchiment en malaisie - Le CEO de la Century Banking Corporation interrogé «underwarning» à l'ICAC

17 Novembre 2020

Il n'est pas à sa première convocation dans les locaux de l'Independent Commission against Corruption (ICAC). Dr Munir Lall- mahamood, Chief Executive Officer (CEO) de la Century Banking Corporation, dont le permis a été révoqué en août par la Banque de Maurice, a été interrogé under warning, hier, lundi 16 novembre, sur des cas de blanchiment d'argent à partir du fonds souverain de la Malaisie, dans le cadre du méga scandale financier 1 Malaysian Development Berhad (1MDB), qui a fait tomber Najib Razak, ancien Premier ministre de ce pays. L'ICAC soupçonne le Dr Munir Lallmahamood d'avoir aidé à blanchir une partie de l'argent émanant de cette fraude.

Il nous revient que le CEO a été interrogé pour la seconde fois. En effet, la première interrogation, qui date du 4 septembre, concernait l'absence de procédures bancaires établies. Il a été autorisé à rentrer chez lui par la suite.

Hier, en revanche, il a dû fournir des explications en lien avec le scandale malaisien impliquant d'importants transferts illicites. Soit comment plusieurs millions de dollars en provenance du fonds souverain de la Malaisie ont transité via la Century Banking Corporation Ltd. Il s'avère qu'une partie des fonds liés aux commissions dont aurait bénéficié un des fraudeurs fiscal, Tim Leissner, ex-associé de Golden Sachs, se trouverait dans les comptes de la banque islamique. C'est la célèbre banque d'affaires américaine qui a agi comme une société de courtage.

Ce méga scandale financier, lié au fonds souverain qui a duré 2009 à 2018, a mené à la condamnation de Najib Razak à 12 ans de prison et à une amende de près de 50 millions de dollars, en juillet. Il a été reconnu coupable sous sept chefs d'accusation dans plusieurs procès pour corruption. Il est accusé d'avoir pillé, avec ses proches, le fonds souverain 1MDB, censé contribuer au développement économique de la Malaisie, une fraude de plusieurs milliards de dollars.

C'est suivant une enquête de l'ICAC et de la Federal Bureau of Investigation (FBI) sur le blanchiment d'argent que la Banking Licence de Century Banking Corporation Ltd a été révoquée. La Banque de Maurice, dans un communiqué émis le 24 août, a reproché à cette banque de ne pas avoir respecté les règles en accord aux lois pour prévenir le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme malgré ses avertissements. Huns Biltoo, de la firme KPMG, a été nommé «receiver» de l'établissement bancaire.

Liquidation : quelque 600 déposants remboursés prochainement

Century Banking Corporation (CBC) passe à nouvelle étape de son «receivership» avant sa liquidation. Il s'agit du remboursement des 600 déposants recensés par l'administrateur-liquidateur, Huns Biltoo du cabinet KPMG.

«Les déposants ont déjà reçu une lettre qui les informe qu'ils doivent se rendre au siège de la défunte banque pour finaliser les dossiers et récupérer éventuellement leurs dépôts. Nous donnerons priorité à ceux qui disposent de montants inférieurs à Rs 100 000», explique Huns Biltoo. D'ajouter que le même exercice concerne les détenteurs de prêts. Avec la différence, que ces derniers doivent retourner les prêts contractés auprès de la Century Banking Corporation. «Pendant ces deux mois et demi, l'équipe de KPMG a épluché les comptes de cette banque, dressé un état des lieux et recensé le nombre de déposants et des créanciers. Un exercice que nous avons fait relativement vite, soit en moins de 120 jours comme stipulé par la loi.»

Une rencontre entre le liquidateur et la Banque de Maurice est prévue le 25 novembre pour exposer à celle-ci un bilan de sa mission depuis sa nomination comme «receiver». Le permis bancaire de la Century Banking Corporation, qui offre uniquement les produits liés à la finance islamique, a été révoqué par la Banque de Maurice (BoM) conformément à l'article 17 de la Banking Act 2004.

La direction de la BoM a justifié sa décision par le fait que CBC n'a pas respecté plusieurs règles bancaires liées aux besoins en capital, au contrôle de système interne ainsi que certaines provisions de la loi sur le blanchiment d'argent et du financement du terrorisme. Et ce, malgré les avertissements répétés de la Banque centrale. Pour rappel, CBC a été la première institution financière islamique à se voir octroyer une licence par la BoM en avril 2011.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.