Ile Maurice: Cybercriminalité - 2 225 cas rapportés en cinq ans à Maurice

18 Novembre 2020

Le ministère de la Technologie développe actuellement une nouvelle loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité. Elle est en ligne avec la Convention de Budapest qui définit des comportements à criminaliser. C'est ce qu'a annoncé Pravind Jugnauth en réponse à une question de la députée du gouvernement Subhasnee Luchmun-Roy, mardi 17 novembre, au Parlement.

Le Premier ministre a aussi indiqué que 2 225 cas de cybercriminalité ont été rapportés à la Cybercrime Unit de janvier 2015 à octobre 2020.

Ainsi, la nouvelle loi sera conforme avec stratégie nationale de la lutte contre la cybercriminalité de 2017-2019 qui recommande de renforcer le cadre juridique existant.

En ce qui concerne les plateformes en ligne, l'ébauche du projet de loi prévoit des infractions comme la création de faux profils, la publication de fausses informations, le cyberbullying, le cyber-harcèlement et la cyber extorsion.

25 officiers employés à la Cybercrime Unit

La députée Sandra Mayotte a, elle, voulu savoir si l'accès à des sites pornographiques impliquant des enfants est filtré et bloqué ? Selon Pravind Jugnauth, un système de filtrage en ligne sur la pornographie a été mis en place depuis 2011. Un système fourni par une société basée au Canada appelée Netsweeper.

À noter que 25 officiers sont employés à la Cybercrime Unit. Si 14 sont qualifiés en informatique, cinq ont des connaissances en cybercriminalité et cybersécurité.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.