Madagascar: C'est bon pour le Morel

Coronavirus fait-il partie du passé? À en juger la foule agglutinée hier à Analakely devant l'hôtel de ville et dans tous les arrondissements de la capitale et ses périphéries, dans toutes les grandes villes en particulier à Toamasina pour suivre le match Barea-Éléphants sur grand écran, il faut répondre par l'affirmative.

Il y avait déjà foule dimanche pour voir l'ange de Jérusalem en chair et en os chanter le tube de l'été grâce à une société de télécommunications qui visiblement a ignoré les dispositions sanitaires encore en vigueur. Comme aucune autorité n'a réagi devant la violation des dispositions en vigueur, on suppose que tout redevient normal et que toutes les mesures imposées sont désormais frappées de caducité.

On ne peut pas dire que les fêtes familiales sont limitées à deux cent personnes, que les concerts et les compétitions sportives doivent se dérouler à huis clos, que les meeetings politiques restent interdits alors que les stars étrangères sont autorisées à se produire devant trois cent mille personnes. On ne comprend pas pourquoi le match s'est déroulé à huis clos alors que tout de suite après les joueurs sont exposés à la foule.

On ne pourra plus argumenter l'interdiction faite aux députés de tenir meeting en raison de la pandémie de Covid-19. On ne doit plus interdire aux artistes de s'adonner à leur gagne-pain sous prétexte de propagation du virus.

On peut tolérer la distribution du Vatsy tsinjo qui rameute la foule étant donné qu'il est difficile de faire autrement, mais on ne peut pas dire qu'il est impossible de faire venir une star du show-business pour un spectacle à huis clos.

On préfère donc prendre l'actualité avec philosophie et se dire que le pire est derrière nous même si le bilan hebdomadaire de la Covid-19 nous rappelle qu'on n'est pas encore sorti de l'auberge et que rien ne garantit qu'on est à l'abri d'une deuxième vague. Justement, la deuxième vague en Europe et en Amérique est due à la réouverture des frontières et à la reprise des correspondances aériennes.

Le monde du sport compte beaucoup de victimes de la Covid-19 et les Barea ont dû se priver de leur capitaine testé positif au coronavirus. Sa présence ainsi que celle de Bolida auraient changé beaucoup de chose dans l'entre jeu des Barea. Sans ces deux joueurs clés, les Barea ont perdu leur âme encaissant très vite un but sur une faute de main de Jeremy Morel. Ce dernier s'est bien rattrapé par la suite sauvant à plusieurs reprise la défense malgache du naufrage. À l'arrivée on s'en tire plutôt bien avec un match nul.

La foule et la trouille de covid -19, on n'y voit rien. On retiendra la grande communion autour des Barea, le soutien populaire exceptionnel, le soutien présidentiel a l'équipe. Bref, c'est bon pour le Morel.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.