Ile Maurice: Motion contre la Contribution sociale généralisée - La défense de Padayachy au Parlement

18 Novembre 2020

La motion du leader de l'opposition contre la Contribution Sociale Généralisée (CSG) n'est pas passée au Parlement, mercredi 18 novembre. Le ministre des Finances, instigateur de cette mesure, a fait un long plaidoyer pour la défendre. Pour ceux que le débat passionne, (comme Business Mauritius !), voici le discours de Renganaden Padayachy.

A retenir : «Avec l'augmentation de la Basic Retirement Pension à 9 000 roupies à la fin de 2019, puis le paiement de l'allocation supplémentaire de 4 500 roupies d'ici 2024, les besoins supplémentaires de financement de la pension vont être croissants, soit plus de 20 milliards de roupies. (... ) La CSG, une charge sociale obligatoire, sera utilisée comme une source de revenus supplémentaire pour financer en partie la pension et mettre fin au déficit actuariel du National Pension Fund, le NPF. (... )

La majorité des entreprises, c'est-à-dire 81 % des entreprises du secteur privé, soit 16 403 sur 20 150 sociétés, paient moins par le biais de la CSG que par celui des NPF. (... ) En termes de pouvoir d'achat, 89 % des employés, c'est-à-dire tous ceux dont le salaire de base est inférieur à 39 800 roupies par mois, paient moins sous la CSG par rapport au NPF.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.