Afrique: Le Conseil d'administration du Fonds mondial discute de l'élaboration de sa prochaine stratégie

analyse

Le Conseil d'administration du Fonds mondial de lutte contre le VIH, la tuberculose (TB) et le paludisme a discuté de l'élaboration de sa prochaine stratégie lors de sa 44e réunion. La discussion s'est appuyée sur le document GF/B44/07 publié par le Secrétariat. La stratégie est une feuille de route pluriannuelle qui orientera les actions du Fonds mondial. La stratégie actuelle expirera en 2022. Le Conseil s'est concentré sur le calendrier et les questions de haut niveau liées à l'élaboration de sa stratégie.

Le Fonds mondial prévoit de finaliser le cadre stratégique post-2022 d'ici le premier trimestre 2021, afin que le partenariat puisse l'utiliser pour élaborer un dossier d'investissement qui servira de base à la mobilisation des ressources, et qui aboutira à la 7e reconstitution des ressources prévue pour le troisième trimestre 2022. Le Fonds mondial s'efforce de recueillir les contributions de toutes les parties prenantes. Les différentes circonscriptions et une évaluation externe ont souligné la pertinence continue de trois éléments de la stratégie actuelle : maximiser l'impact contre les trois maladies, renforcer les systèmes de santé et promouvoir les droits humains et l'égalité femmes-hommes. Si certaines circonscriptions ont mis l'accent sur de nouveaux éléments tels que la sécurité sanitaire mondiale, le changement climatique ou les déterminants sociaux de la santé, d'autres ont mis en garde contre une augmentation excessive du champ d'action du Fonds mondial. Les voix critiques expliquent que le Fonds mondial devrait se concentrer sur son mandat principal : la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme.

Les informations de cet article proviennent des documents que le Secrétariat du Fonds mondial a partagés avec les groupes constitutifs du Conseil d'administration avant la 44e réunion du Conseil, ainsi que de certaines déclarations des circonscriptions dont Aidspan a pris connaissance.

Calendrier d'élaboration de la stratégie pour l'après-2022

Depuis le début de l'année 2020, les circonscriptions discutent de la stratégie du Fonds mondial. (Aidspan a déjà parlé de la contribution des groupes d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes et d'Asie du Sud-Est à la stratégie du Fonds mondial).

Le Conseil d'administration a discuté du calendrier d'élaboration de la stratégie (figure 1). Pour le reste de l'année 2020, le Conseil d'administration du Fonds mondial participera à la deuxième retraite, qui aura lieu avant la fin de l'année. Les forums de partenariat, qui sont des réunions avec des représentants de différents circonscriptions et d'autres acteurs de la santé mondiale, auront lieu au premier trimestre 2021. Les contributions de ces forums seront résumées dans un cadre stratégique qui sera discuté par le comité stratégique au cours du premier trimestre 2021 et soumis au Conseil d'administration pour approbation au cours du deuxième trimestre 2021. Le secrétariat élaborera le récit stratégique pour le reste de l'année. Au début de l'année 2022, le Fonds mondial élaborera un dossier d'investissement qui sera utilisé pour la 7e conférence de reconstitution des ressources au troisième trimestre de 2022.

Figure 1 : Calendrier d'élaboration de la stratégie

Source: Secrétariat du Fonds mondial

Situation actuelle des trois maladies et financement du Fonds mondial

Le Fonds mondial a aligné ses objectifs et son calendrier sur les objectifs de développement durable (SDG). Le SDG 3.3 vise à mettre fin aux épidémies de VIH, de tuberculose et de paludisme d'ici 2030. Le rapport indique que le monde n'est pas sur la bonne voie pour atteindre cet objectif ; pour y parvenir, il faudra réduire d'environ 90 % les nouvelles infections pour atteindre les objectifs en matière d'incidence et de mortalité. La mortalité due à ces trois maladies a diminué plus rapidement que l'incidence (nouveaux cas par an).

En ce qui concerne le VIH, il existe encore de grandes lacunes en matière de prévention à l'égard des adolescentes, des jeunes femmes et des populations clés. Plus de 60 % des nouvelles infections se produisent chez les populations clés, notamment les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, les travailleurs.euses du sexe et les personnes qui s'injectent des drogues. Selon le rapport, les progrès en matière de prévention de la transmission mère-enfant (PTME) et de traitement pédiatrique sont inégaux d'une région à l'autre.

En ce qui concerne la tuberculose, le rapport indique que l'accent sera mis sur la recherche des cas manquants. En outre, des lacunes subsistent dans la détection et le traitement de la tuberculose multirésistante (TB-MR). Il est nécessaire de mettre en place des schémas thérapeutiques plus courts et oraux pour la tuberculose multirésistante. (Le traitement actuel de la TB-MR dure entre 18 et 24 mois).

En ce qui concerne le paludisme, le nombre de cas a diminué au niveau mondial depuis 2013. La courbe plate dissimule des augmentations dans presque toutes les zones à forte charge, compensées par des baisses dans quelques pays comme l'Inde. Les décès dus au paludisme restent concentrés : les dix pays les plus touchés représentent les deux tiers de l'ensemble des décès. Le nombre de décès dus au paludisme stagne ou augmente dans cinq pays : la République démocratique du Congo (RDC), le Burkina Faso, la Tanzanie, l'Ouganda et l'Angola. De plus, la résistance aux insecticides est en hausse : en 2017, environ un quart des 80 pays recensés ont annoncé que les moustiques étaient devenus résistants aux quatre classes d'insecticides actuelles.

En termes de financement, le Fonds mondial représente 8 % du financement mondial pour le VIH et la tuberculose, mais 40 % du financement mondial pour le paludisme. Le financement gouvernemental représente environ 60 % des dépenses mondiales en matière de santé.

Cependant, les ressources nationales et internationales seront limitées par l'épidémie de COVID-19.

Mettre l'accent sur la résilience des systèmes de santé et des communautés dans la nouvelle stratégie

La prochaine stratégie du Fonds mondial sera axée sur ses avantages comparatifs ou ses points forts. Le Fonds mondial a été créé pour lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme ; il continuera à le faire de manière à contribuer à la mise en place de systèmes sanitaires et communautaires et à promouvoir l'équité, les droits humains et l'égalité femmes-hommes. Si certaines voix ont ajouté la sécurité sanitaire mondiale, l'effet du changement climatique, d'autres ont mis en garde contre un champ d'action trop vaste.

Certaines voix ont également insisté sur l'innovation et la flexibilité dans la mise en œuvre, alors que le Fonds mondial va devoir continuer d'appliquer sa politique sur la pérennité, la transition et le cofinancement dans un contexte post-COVID-19. D'autres voix ont proposé de renforcer la sécurité sanitaire mondiale pour lutter contre les pandémies actuelles et futures qui pourraient faire vaciller la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Elles ont souligné le potentiel de partenariats renforcés avec des organisations multilatérales et internationales et des institutions nationales telles que la société civile, les communautés, d'autres secteurs gouvernementaux et le secteur privé.

De nombreuses circonscriptions ont déclaré que la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la double importance des systèmes de santé formels et communautaires. Le renforcement des systèmes de santé permettra de lutter contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et de pérenniser les acquis obtenus au cours des deux dernières décennies de lutte contre ces trois maladies. Les systèmes communautaires permettent aux autres membres de la communauté - y compris les personnes vivant avec ou affectées par ces trois maladies - d'atteindre, d'éduquer et de faire le lien avec le diagnostic ou les soins des autres membres de la communauté, en particulier les personnes vulnérables et marginalisées. Le renforcement des systèmes sanitaires et communautaires aidera le partenariat du Fonds mondial à améliorer la qualité des soins et à sauver des vies.

A La Une: Paludisme

Plus de: GFO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X