Congo-Kinshasa: Fin d'Ebola en Equateur - Le coordonnateur humanitaire appelle à la vigilance

David McLachlan-Karr a recommandé que les partenaires et les autorités sanitaires restent mobilisés, en soutien et avec la contribution active de tous pour éviter une nouvelle flambée.

Le coordonnateur humanitaire en République démocratique du Congo (RDC), David McLachlan-Karr, a salué les efforts fournis par le gouvernement congolais, l'OMS, ainsi que tous les partenaires locaux et internationaux, qui ont lutté plus de cinq mois contre cette épidémie d'Ebola, déclarée le 1er juin dans la province de l'Equateur, en pleine pandémie de covid-19. Ceci, dans un communiqué publié le 18 novembre, après l'annonce, par le gouvernement de la RDC, de la fin de la onzième flambée épidémique de la maladie à virus Ebola, qui a affecté cent trente personnes et provoqué cinquante-cinq décès dans la province de l'Equateur. « Je témoigne ma reconnaissance à toute l'équipe de la riposte et tiens à saluer l'engagement des communautés, sans lesquelles l'épidémie n'aurait pas pu être contenue si rapidement. Je salue aussi la collaboration étroite de la RDC et de la République du Congo pour éviter que la maladie ne traverse le fleuve », a déclaré M. McLachlan-Karr.

Le coordonnateur humanitaire a, par ailleurs, rappelé que la onzième épidémie terminée, il reste encore beaucoup à faire. A l'en croire, il faut prendre en charge les orphelins et soutenir les survivants et survivantes. Et de relever, en outre, que les risques de résurgence sont encore présents, nécessitant un système de surveillance et de remontée des alertes effectif et efficace. « Il faut que les partenaires et les autorités sanitaires restent mobilisés, en soutien et avec la contribution active de tous pour éviter une nouvelle flambée », a souligné David McLachlan-Karr, qui appelle ainsi les autorités congolaises et les bailleurs de fonds à « poursuivre leur engagement pour le renforcement du système santé et la résilience des communautés ».

Il est rappelé qu'au cours de cette onzième épidémie qui s'est déclarée dans la province de l'Equateur, les acteurs de la riposte ont affronté de nombreux défis, comme l'enclavement de certaines zones, difficiles d'accès. Cette situation, note le coordonnateur humanitaire dans son communiqué, a pu entraver la remontée des alertes. La source cite également la grève des prestataires de services, en raison de litiges sur les salaires et/ou les primes comme l'un des défis auxquels ont fait face les acteurs de la riposte et qui ont ralenti la réponse.

Pour la promptitude et l'efficacité de la riposte à l'avenir, le coordonnateur humanitaire conseille aux autorités à prévenir de tels écueils. Il est rappelé que le gouvernement congolais, par le ministre de la Santé, le Dr Eteni Longondo, a officiellement déclaré le 18 novembre, la fin de la 11e épidémie d'Ebola dans le Grand Équateur. C'était au cours d'une conférence de presse qu'il a animée à l'Hôtel du gouvernement, dans la ville-province de Kinshasa.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.