Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS à la session du Conseil exécutif tenue le 16 novembre 2020

Monsieur Harsh Vardhan, Ministre de la santé et des affaires familiales de l'Inde et Président du Conseil exécutif,

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil exécutif,

Tout d'abord, je voudrais vous souhaiter, cher Président, un très heureux Diwali et vous remercier d'avoir pris le temps de présider ces débats en cette importante période de l'année, plutôt que de passer cette journée auprès de votre famille et de vos amis.

Je voudrais aussi remercier tous les membres du Conseil exécutif pour le travail accompli dans la préparation et la conduite de l'Assemblée de la Santé très productive qui a eu lieu la semaine dernière.

Nous espérions pouvoir reprendre les travaux de l'Assemblée en personne, mais cela n'a pas été possible. Je tiens à vous remercier pour votre capacité d'adaptation, sans laquelle il eut été impossible de tenir une Assemblée entièrement virtuelle.

Ensemble, nous avons montré qu'avec l'aide des technologies modernes, le travail de l'Organisation peut se poursuivre même dans les circonstances les plus extrêmes.

L'Assemblée a adopté à cette session des résolutions importantes sur la préparation aux situations d'urgence, la méningite, les maladies tropicales négligées, l'épilepsie et les autres troubles neurologiques, la vaccination, le cancer du col de l'utérus, la tuberculose, le vieillissement en bonne santé, l'innovation et la propriété intellectuelle, les soins oculaires et la sécurité alimentaire - et elle a déclaré 2021 Année internationale des personnels de santé et d'aide à la personne.

Comme vous le savez, j'ai également annoncé trois nouvelles initiatives visant à renforcer les capacités nationales et les efforts déployés par l'OMS à leur appui :

Premièrement, l'examen universel de la santé et de la préparation ;

Deuxièmement, le Conseil sur l'économie de la santé pour tous ;

Et troisièmement, l'idée d'une biobanque pour le partage d'agents pathogènes et d'échantillons cliniques.

Nous sommes en train de développer chacun de ces concepts et donnerons bientôt des informations sur la façon dont les États Membres peuvent s'associer à ces initiatives.

Même si la pandémie a mis à mal l'action que nous avons collectivement engagée pour atteindre les cibles du triple milliard et les objectifs de développement durable liés à la santé, nous, Secrétariat de l'Organisation, restons pleinement engagés à aider les États Membres à se remettre sur les rails.

Le nouveau cadre de résultats, dont l'Assemblée a pris note, et le tableau de bord du triple milliard seront des outils décisifs pour que nous rendions compte de notre action.

===

Les États Membres représentés au sein de ce Comité exécutif illustrent toute la diversité de l'expérience des pays face à la COVID-19.

Certaines nations parmi vous n'ont pas encore enregistré un seul cas, d'autres pas un seul décès ;

Certaines ont vu apparaître des groupes de cas, mais ont su éviter toute transmission généralisée ;

D'autres ont connu des épidémies de grande ampleur, qu'elles ont cependant su maîtriser ;

D'autres enfin restent confrontées à de vastes épidémies et connaissent une transmission communautaire durable.

Dans tous ces cas de figure, l'engagement de l'OMS à apporter son soutien aux pays reste entier.

Nous avons reçu la semaine dernières des nouvelles encourageantes concernant les vaccins.

De plus, les engagements en faveur du Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19, l'Accélérateur ACT, atteignent désormais plus de 5 milliards USD, grâce aux nouvelles contributions de l'Espagne, de la France, de la République de Corée, de la Commission européenne et de la Fondation Bill & Melinda Gates annoncées au Forum de Paris sur la Paix.

Depuis le début de la pandémie, nous savions qu'un vaccin serait essentiel pour parvenir à la maîtriser, raison pour laquelle l'OMS a proposé l'Accélérateur ACT.

Cela étant, il faut rappeler qu'un vaccin viendra compléter les autres outils dont nous disposons, sans les remplacer pour autant.

Un vaccin ne permettra pas à lui seul de mettre un terme à la pandémie.

Au départ, les stocks seront limités et priorité sera donc donnée aux soignants, aux personnes âgées et aux autres populations à risque.

Cela devrait, espérons-le, entraîner une réduction du nombre de décès et permettre aux systèmes de santé de faire face à la situation.

Le virus conservera néanmoins une grande marge de manœuvre.

La surveillance devra se poursuivre.

Le dépistage, l'isolement et les soins resteront nécessaires.

Il faudra continuer de rechercher les cas contacts et de les mettre en quarantaine.

Il faudra encore et toujours associer la population aux mesures et chacun devra continuer de prendre ses précautions.

Nous avons encore un long chemin à parcourir, et vous avez, en tant que Conseil exécutif, un rôle décisif à jouer.

Nous comptons sur vous pour nous guider et nous conseiller sur la manière dont le Secrétariat peut mieux aider tous les États Membres à briser les chaînes de transmission et à sauver des vies.

Merci encore pour vos services. Nous nous félicitons des discussions qui vont avoir lieu aujourd'hui et nous réjouissons à l'idée de travailler avec vous dans les semaines et les mois qui viennent.

Je vous remercie.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.