Guinée: Labé - Dépréciation du prix de l'oignon

18 Novembre 2020

En ce mercredi 18 novembre 2020, le marché connait une dépréciation de la denrée oignon et d'ailleurs, les clients qui avaient fait une ruée sur la bulbe les semaines écoulées se font désirer devant les étals et magasins actuellement.

A date le kilo oscille entre 12 et 13000 contre 18 à 21000 lors des crises post électorales dernières.

Alphadio Baldé se frottaient les mains, il y a quelques semaines encore ave une marge bénéficiaire plus que satisfaisante, il se voit condamné à vendre le kilo d'oignons à 13000 actuellement, le motif est simple : Le marché est inondé et une perte de 50 à 60000 est enregistrée par sac.

Pour El hadj Moumini Baldé une homologation des prix par l'état peut éviter une telle folie car les commerçants en période de crise font ce qu'ils veulent dans un laisser-aller insoutenable.

Un sac d'oignons se vendait à 300000 francs, il y a quelques jours contre 240000 aujourd'hui ou au plus 260000 nous a indiqué l'homme.

Les stocks acquis à Conakry étaient chers et il fallait y ajouter le prix d'expédition sauf qu'une fois arrivés à Labé, le prix a baissé à Conakry se répercutant sur la vente à l'intérieur du pays.

Pour le reste du panier de la ménagère, la pomme de terre se comporte bien avec un prix au kilo qui flotte entre 6000 et 12000francs selon la qualité.

Plus de: Aminata.com

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.