Malawi: Les conséquences de la Covid-19

16 Novembre 2020

Alepher Matemba Banda : apprendre à identifier les abus et à aider les survivantes de violences pendant la COVID-19

Avant même le début de la pandémie de COVID-19, 243 millions de femmes et de filles dans le monde ont été victimes de violences de la part de leur partenaire intime au cours des douze derniers mois. Depuis la pandémie et les mesures de confinement, les pays du monde entier ont constaté une augmentation alarmante des cas signalés de violence contre les femmes, en particulier de violence domestique. ONU Femmes travaille aux côtés des femmes de première ligne qui, chaque jour, répondent à la pandémie fantôme de violence contre les femmes et les filles. « Les conséquences de la COVID-19 » vous livre quelques-unes de leurs histoires et explique comment nos programmes favorisent des solutions qui ne laissent personne pour compte.

« Ces jours-ci, la plupart des appels que je reçois sur la ligne d'assistance concernent les difficultés auxquelles font face les clientes en raison de l'épidémie de COVID-19. De nombreuses femmes enceintes sont inquiètes, car elles n'ont pas les moyens de se protéger contre le virus. En même temps, les filles sont préoccupées par les grossesses non planifiées en raison de la rareté des méthodes de planification familiale dans les établissements de santé.

J'utilise un système informatisé pour fournir des informations sur les symptômes de COVID-19, l'emplacement des centres de test et les mesures préventives. Nos clientes, qui sont pour la plupart des femmes enceintes et des adolescentes, utilisent un numéro de téléphone gratuit pour nous joindre.

Nous recevons également des appels de [survivantes] de violences basées sur le genre. Je travaille au Chipata cha pa foni depuis trois ans. Avant d'être formée sur les violences basées sur le genre, je ne pouvais pas identifier les différentes formes de violence et porter une assistance à nos clientes qui étaient confrontées à la violence. Si je soupçonnais qu'il s'agissait de cas de violence, je les signalais à mon supérieur hiérarchique. Je ne pouvais même pas fournir une aide provisoire à la [survivante]. La formation m'a ouvert les yeux.

Maintenant, lorsque j'écoute les clientes au téléphone, je peux identifier celles qui sont des victimes de violences basées sur le genre. Je peux reconnaître le type de violence qu'elles subissent et les aider sans les victimiser à nouveau. Je sais qu'il existe une unité de soutien aux survivantes au sein de la police et dans d'autres organisations auxquelles je peux les référer.

Je suis si fière de pouvoir aider une femme ou une fille à être responsable de son corps, à surveiller sa santé et à être en sécurité. »

ONU Femmes répond par des programmes sur le terrain

Outre le stress économique et social, les mesures de restriction des déplacements et d'isolement durant la pandémie de COVID-19 ont accru la vulnérabilité des femmes et des filles aux violences sexuelles et sexistes en Afrique orientale et australe. Cette situation survient au moment même où les services de soutien sont perturbés.

Au Malawi, Alepher Matemba Banda, une infirmière de trente et un ans, répond à une ligne d'assistance téléphonique au Chipatala cha pa foni, une ligne d'assistance sanitaire nationale. Banda fait partie d'un groupe de 40 infirmiers et techniciens du service d'assistance téléphonique qui ont reçu une formation sur les violences basées sur le genre et la santé, dans le cadre d'une initiative d'ONU Femmes financée par le Bureau du Fonds d'affectation spéciale multipartenaires des Nations Unies. Elle a appris à reconnaître les signes de maltraitance et à fournir aux femmes enceintes et aux adolescentes des informations et un soutien, et à les référer en toute sécurité, dans le respect de l'éthique, en utilisant un système en ligne pendant la COVID-19.

Le programme vise à fournir des informations à 4 millions de femmes et adolescentes du Malawi sur les services qui peuvent leur sauver la vie.

A La Une: Coronavirus

Plus de: UN Women

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.