Ile Maurice: Camp-Thorel-Parti Changement - Les candidats ne toucheront pas à leurs allocations en cas de victoire

19 Novembre 2020

À Camp-Thorel, trois équipes vont s'affronter ce dimanche 22 novembre pour ces villageoises. Les choses ont pris une nouvelle tournure quand une jeune équipe composée de quatre filles et cinq garçons, tous diplômés et employés, ont affirmé vouloir contribuer au développement de leur village, à la réputation de patelin sous-développé. Satyadev Mussai, aussi connu comme Munna Sailesh, leader du Parti Changement, ne mâche pas ses mots. Ce dernier avance que Camp-Thorel n'a pas connu de développements majeurs. «À part un terrain de foot et l'aménagement des drains (NdlR: des projets, qui ne sont toujours pas concrétisés), le village est tel quel. Les autres localités se moquent de nous. Notre équipe est là pour les habitants et le village. Nous sommes tous compétents. Il faut nous donner la chance.»

À l'ère technologique, le Parti Changement a choisi un portable pour symbole. Cet emblème cadre avec le fait que les candidats afficheront leurs numéros de téléphone pour rester à l'écoute des habitants.

Allocations reversées

Les neuf candidats du Parti Changement font valoir qu'ils légueront leurs allocations à un Needy Fund pour les habitants. Selon leurs calculs, cela leur permettra de recueillir la somme de Rs 637 000 en un an. Ils avancent que tout sera fait dans la transparence.

Les candidats

À 23 ans, Karishma Oogorah est la plus jeune candidate du groupe : «Certaines personnes se permettent de dire que les filles ne feront rien pour le village car elles vont se marier. En 2020, les filles méritent plus que ça. Nous sommes aussi compétentes que les hommes, et pouvons être à la tête d'un village. Je pense que les gens doivent revoir cette mentalité de banaliser le rôle des filles. Il faut nous laisser faire nos preuves. Et ensuite les gens pourront critiquer. Je suis fière car mon parti comprend quatre filles.»

Ayushma Seebun, 24 ans n'est pas un visage inconnu. Elle est footballeuse et pratique aussi le futsal. Outre le sport, elle est une Software Engineer. Elle veut désormais s'engager pour le développement de son village. «Je compte travailler pour Camp-Thorel. Je m'occuperai surtout d'encadrer les jeunes et les amener à s'intéresser au sport.»

Yershlay Seeburrun, 28 ans, président du parti, avance qu'il est grand temps que son village progresse. «On parle ouvertement contre le castéisme. Nous voulons y mettre un terme dans notre village.» Le manifeste électoral du parti tourne autour de 13 mesures prioritaires que les candidats exécuteront en cas de victoire. Parmi elles, la rénovation du cimetière, la sensibilisation des habitants sur la drogue, l'accompagnement des jeunes dans leur parcours professionnel, la mise en place d'une caravane de santé pour les personnes âgées, la création d'un marché artisanal pour promouvoir une économie locale.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.