Malawi: Mobilisation communautaire contre les pratiques néfastes - L'histoire exemplaire de l'espace communautaire sécurisé de Tilimbike au Malawi

Ricksani Alice, 19 ans, mariée à un jeune âge, est maintenant de retour à l'école, espérant terminer ses études, grâce à l'initiative Spotlight.

DOWA, Malawi- "Maintenant je sais que j'ai le droit à une éducation de qualité, le droit d'exprimer librement mon opinion et que le mariage précoce n'est pas une solution - grâce à l'espace sécurisé, qui m'a fait prendre conscience de mes droits humains", a déclaré Alinat Fackson, 17 ans, qui a bénéficié d'un mentorat à l'espace communautaire sécurisé de Tilimbike.

"Les filles, restons à l'école et concentrons-nous sur notre éducation", conseille-t-elle à ses pairs.

Alinat est originaire du village de Chiludzi, à Dowa. Elle fait partie des 16 adolescentes et jeunes femmes qui participent au programme de mentorat de l'espace communautaire sécurisé de Tilimbike, géré dans le cadre de l'initiative Spotlight. Elle peut à nouveau espérer réaliser tout son potentiel car elle comprend maintenant comment prendre des décisions éclairées sur son avenir.

L'initiative Spotlight vise les groupes les plus à risque en déployant des efforts ciblés pour éliminer la violence à l'égard des femmes et des filles, notamment la violence sexuelle et sexiste, et les pratiques néfastes telles que le mariage des enfants.

Grâce aux sessions d'espace sécurisé, je me suis rendu compte que le mariage précoce n'est pas une bonne chose car on peut facilement avoir des complications liées à l'accouchement précoce.

Sortir les adolescentes et les jeunes femmes des espaces vulnérables, où leurs droits et leurs choix sont limités ou inaccessibles, est la pierre angulaire de ces séances de mentorat, comme le décrit Ricksani Alice, 19 ans, qui s'est mariée à un jeune âge :

"Grâce aux sessions dans des espaces sûrs, j'ai pris conscience que le mariage précoce n'est pas une bonne chose car on peut facilement avoir des complications liées à un accouchement précoce, comme une fistule ou même la mort de la mère", a déclaré Mme Alice.

Au cours des séances de mentorat, les filles apprennent à acquérir des compétences de vie et à connaître leurs droits humains, notamment en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs, et à s'abstenir de comportements sociaux négatifs. Ces séances ont eu des résultats positifs pour la communauté, car les filles sont désormais capables de s'exprimer et de contester les normes sociales négatives qui sont à l'origine de pratiques néfastes, telles que la violence sexiste, le mariage des enfants et les grossesses d'adolescentes.

"Grâce à ce programme de mentorat, je peux dire avec fierté que les filles deviennent des actrices du changement et qu'elles atteindront leur plein potentiel", a déclaré Twambilire Kayuni, coordinatrice du programme GENET (Girls Empowerment Networks).

Travailler ensemble pour mettre fin à la violence sexiste et aux pratiques néfastes

S'adressant aux membres de la communauté du village de Chizungu dans l'autorité traditionnelle de Dzoole, le Dr Julitta Onabanjo, directrice régionale du FNUAP pour l'Afrique orientale et australe, a déclaré qu'il était nécessaire que tous les membres de la communauté - y compris les chefs culturels et religieux, les fonctionnaires du district, les hommes et les garçons - travaillent ensemble pour mettre fin à la violence sexiste et aux pratiques néfastes.

Les décisions que prennent les hommes affectent les femmes, et il est important qu'elles nous traitent comme des égales. Nous voulons travailler ensemble pour faire du Malawi un meilleur endroit", a-t-elle déclaré.

"Mon humble requête aux mentorés aujourd'hui touche à trois choses importantes, car je leur demande d'être les gardiennes d'une sœur et de s'assurer qu'il n'y ait pas de grossesse chez les adolescentes, de violence sexiste et de mariage d'enfants. Mais elles ne peuvent le faire que si la communauté leur permet de le faire", a déclaré le Dr Onabanjo.

Travaillons ensemble pour mettre fin à la violence contre les femmes. Nous sommes prêts à en faire une réalité.

Le chef principal de l'autorité traditionnelle, M. Dzoole, a donné son accord. "Nous sommes déterminés à maintenir les filles à l'école afin que nous puissions avoir des adolescentes et des jeunes femmes éduquées dans notre communauté, qui contribueront à la prospérité de cette région", a-t-il déclaré.

Le chef Dzoole a félicité tous ceux qui ont participé à l'initiative Spotlight pour avoir donné aux adolescentes et aux jeunes femmes la possibilité de s'exprimer et d'interpeller les auteurs de violences sexistes, car un plus grand nombre de filles comprennent maintenant les moyens de dénoncer les violences sexistes.

"Travaillons ensemble pour mettre fin à la violence contre les femmes. Nous sommes prêts à en faire une réalité", a déclaré le président du Conseil, Martin Luka Phiri.

Des séances de mentorat aident à prévenir les grossesses d'adolescentes et les mariages d'enfants pendant COVID-19

Pour que les adolescentes et les jeunes femmes soient à l'abri des effets négatifs de la COVID-19, tels que le mariage précoce ou la grossesse des adolescentes, les séances de mentorat s'avèrent être un modèle efficace de prévention de ces pratiques néfastes.

"Pendant la COVID-19, il n'y a eu aucune grossesse d'adolescente et aucun mariage d'enfant parmi les bénéficiaires, ce qui prouve que les filles sont capables de prendre des décisions concernant leur corps et leur vie, et de déterminer leur avenir", a déclaré Beatrice Kumwenda, responsable du programme sur le genre du FNUAP et point focal de l'initiative Spotlight des Nations Unies.

Comme de nombreuses adolescentes et jeunes femmes se sont retrouvées à la maison en raison de la fermeture de leur école, grâce aux mesures de confinement, des espaces communautaires sûrs ont permis à de nombreuses protégées d'interagir avec leurs pairs.

"Je suis heureux de voir que les filles sont sur la bonne voie et qu'elles doivent continuer à rester chez elles", a déclaré l'ambassadeur Ivo Hoefkens, chef de la coopération (chargé d'affaires) de la délégation de l'Union européenne au Malawi.

Investir dans les adolescentes et les jeunes femmes fera une énorme différence et apportera une prospérité durable à ces communautés.

Les sessions de mentorat, couvrant 360 mentors dans les districts de Dowa, Ntchisi, Mzimba, Nkhatabay, Machinga et Nsanje, créent un cadre de 7 000 jeunes femmes possédant des connaissances et des compétences en matière d'affirmation de soi, qui sont capables de remettre en question les pratiques néfastes qui alimentent la violence sexiste dans les communautés, et de fournir des conseils aux femmes et aux filles, en particulier aux survivantes de la violence sexiste.

"Investir dans les adolescentes et les jeunes femmes fera une énorme différence et apportera une prospérité durable à ces communautés", a déclaré Maria-Jose Torres, coordinatrice résidente des Nations Unies au Malawi.

L'initiative Spotlight est un programme conjoint mis en œuvre par le FNUAP, l'UNICEF, le PNUD et les femmes. Il est conçu pour promouvoir le principe directeur de l'Agenda 2030, à savoir "ne laisser personne derrière", car il envisage une stratégie de prévention globale qui aborde les questions structurelles et les liens avec la santé et les droits sexuels et génésiques.

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.