Sénégal: Plus de 700 malades et le silence des autorités inquiète la population

20 Novembre 2020

Une maladie mystérieuse de type dermatologique est apparue à Thiaroye sur les côtes sénégalaises mardi dernier et a fait des centaines de personnes infectées. Mais la population de cette localité et environs s'inquiètent du silence des autorités sénégalaises et du manque d'informations à propos.

En seulement 48 heures après les premières apparitions, cette maladie de la peau prend des proportions inquiétantes.

De 82 mardi et 200 mercredi, on compte déjà en tout, au moins 700 personnes affectées par ce mal et d'autres cas ont été signalés dans des localités comme Mbour, Saint-Louis, Mbao, Touba Dialaw, Rufisque et Yène...

En effet, cette maladie dont l'origine est pour le moment inconnue se manifeste par des boutons sur le visage, bras, les lèvres, sur les parties intimes et par des yeux larmoyants, est apparue en premier chez les pêcheurs et depuis, des théories et rumeurs ne sont pas rares ; Certains disent que c'est la mer, d'autres les poissons ou autres produits toxiques présents dans l'océan.

« Il suffit juste qu'ils soient en contact avec l'eau de la mer. Ça commence avec l'apparition de boutons sur la peau, la bouche, les parties intimes, les pieds entre autres.

Ce sont comme des brûlures. Pis, les malades ont le corps chaud et ils refusent de manger. », a indiqué Moustapha Diop, le secrétaire général du collectif local des pêcheurs artisanaux de Thiaroye Sur-Mer.

Les habitants se plaignent du manque d'informations relatives à cette maladie et surtout le silence du gouvernement sénégalais en cette période du coronavirus. « Pourquoi on ne parle pas de la situation des pêcheurs du Sénégal avec cette maladie mystérieuse qui fait encore des victimes. D'où vient cette maladie ?

Et qu'est-ce que c'est au juste ? », interroge un internaute sur Twitter et une autre sur Facebook, « Pourquoi les autorités sanitaires ne communiquent pas dessus pour qu'au moins on sache quelles mesures préventives prendre ? ».

Toutefois, la thèse de corona, fièvre jaune ou Ebola est écartée par les médecins de certains centres médicaux du pays.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.