Madagascar: Partenariat Public-Privé - Opération logements pour les adhérents de la CNAPS

Les adhérents de la CNAPS vont pouvoir accéder à des prêts immobiliers auprès de la BNI Madagascar. Douze mille bénéficiaires potentiels sont attendus.

«C'est un évènement historique ». Cette phrase a été lâchée par les intervenants lors de la signature du protocole d'entente tripartite entre la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNAPS), la banque BNI Madagascar et l'Agence nationale du logement et de l'habitat (Analogh) hier en marge du salon de l'Habitat. Et pour cause, il s'agit d'un projet de partenariat public-privé, visant à faciliter l'accès des adhérents de la Caisse à des logements décents. 12 000 adhérents de la Cnaps vont donc pouvoir devenir des propriétaires de logements s'ils le souhaitent, à en croire les explications de Mamy Rakotondraibe, directeur général de la Cnaps, en marge de cette signature.

Le mécanisme est simple: la Cnaps apporte la garantie financière nécessaire auprès de la banque pour faciliter l'accès de ses adhérents à des crédits immobiliers. La BNI de son côté s'engage à octroyer des crédits à taux préférentiel aux bénéficiaires.

«En plus des garanties aux prêts et à la construction, la Cnaps sera aussi à même de fournir une base de données détaillées concernant la solvabilité de ses adhérents de manière à faciliter le traitement des dossiers de prêt immobilier en rapport avec ces logements sociaux», déclare Mamy Rakotondraibe dans un bref discours prononcé à l'occasion.

L'Analogh est l'organisme en charge de la mise en œuvre de la politique nationale de l'habitat. L'objet de ce protocole consiste donc à mutualiser les compétences des différentes entités pour proposer des solutions optimales en faveur des acquéreurs potentiels des logements construits par l'Analogh.

Terrassement

« Dans ce programme, il est prévu de construire près de cinquante mille logements à travers tout le pays. Sur le site d'Ivato, le chantier est en cours pour faire jaillir de terre près de quarante immeubles à niveau R+4 sur un terrain de plus 14Ha. A Toamasina, les travaux sont au stade du terrassement tandis qu'un projet du même acabit est aussi envisagé dans le Nord de l'île » détaille Landry Razafindrakoto, directeur général de l'Analogh.

D'après ce responsable, les gros œuvres seront terminés d'ici un an, il restera alors à parfaire les constructions pour les phases de finition. En tout, ces quelques trente-huit immeubles en construction à Ivato seront constitués d'un peu plus de six cent appartements. Les adhérents de la Cnaps pourront alors prétendre à devenir propriétaires de ces logements dès lors que leurs dossiers seront validés par la Cnaps ainsi que la BNI Madagascar et l'Analogh.

« Je félicite vraiment l'Analogh pour avoir réussi en peu de temps à convaincre et gagner la confiance de deux grands acteurs. Cela montre la capacité dont peut faire preuve le secteur public », souligne de son côté Michael Angelo Zasy, vice-ministre en charge des Nouvelles villes et du logement, venu assister à la signature.

La signature de ce protocole d'entente est le point de départ de ce vaste projet qui touche de près une grande partie de la population, particulièrement les salariés du secteur privé et les non-fonctionnaires qui composent les adhérents de la Cnaps. Pour l'heure, aucune information n'a encore été donnée quant à la démarche à entreprendre pour ceux qui souhaitent profiter de ce projet. En tout cas, l'enthousiasme des parties prenantes était palpable hier à l'image du directeur général de la BNI Madagascar qui déclare même « avoir hâte de travailler». « Les ingrédients pour la réussite de ce projets sont au complet », a-t-il déclaré lors de sa prise de parole.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.