Congo-Kinshasa: Gilbert Kankonde ordonne la fermeture immédiate d'un cachot de la DGM

Personne ne l'eut cru si le Vice Premier Ministre et Ministre de l'Intérieur n'avait pas révélé au Public Congolais ahuri ces lieux de détention que continuait d'abriter la DGM au mépris de toutes les recommandations du Président de la République qui avait fait du démantèlement des lieux de détention secrets et illégaux une de priorités de son mandat. Que deux ans après les congolais se réveillent devant un de ces cachots à la DGM dépasse tout entendement.

Les analystes attendent maintenant pour voir les sanctions qui seront prises contre les responsables de cette agence gouvernementale qui n'ont pas eu à honorer les promesses électorales du Chef de l'Etat qui avait demandé que soient démantelés tous les lieux de détention clandestins lors de son discours d'investiture.

Ce cachot, situé sur l'avenue du Haut commandement dans la commune de la Gombe avait en son sein une dizaine de détenus, pour la plupart des expatriés qui y croupissaient dans des conditions inhumaines de détention. Aussitôt informé de l'existence de ce cachot par ses services spéciaux, le Vice-premier Ministre est descendu lui-même sur terrain se rendre compte de la situation et a été sidéré de trouver des détenus qui y ont passé 9 mois sans aucun procès-verbal, ni une quelconque réquisition transmise vers un parquet de la République.

Pour le Directeur Général Adjoint Papy Mbuyi, ce lieu de détention était un lieu de transit dans lequel des personnes en maille avec la loi étaient détenus avant d'être déferrées devant les instances judiciaires compétentes. Le VPM Kankonde a fait savoir que le traitement dégradant et inhumain dont ces détenus étaient victimes viole la convention internationale de Genève sur le droit d'asile et le protocole d'accord de 1967 dont la RDC est signataire depuis le 24 février 1991.

Il a ordonné la fermeture immédiate de ces cachots.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.