Gambie: Le Major Jah déclare que Lang Tombolong a ordonné son incarcération à Mile 2

20 Novembre 2020

Le Major Abdoukarim Jah des Forces Armées Gambiennes (GAF) a révélé hier lors de son témoignage devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations que l'ancien Chef d'État-major Adjoint des Forces Armées Gambiennes (GAF), Lang Tombong Tamba, a ordonné son arrestation et son incarcération à la prison de Mile 2.

Le Major Jah, natif de Kololi, enrôlé dans l'armée en 1983, a expliqué qu'il était en plein sommeil le 22 Mars 2006 lorsque sa fille l'a informé vers 3h 30 du matin de ce que des soldats s'étaient introduits dans sa cour.

Il a dit que les soldats, de bonne conduite, l'ont informé qu'ils avaient été envoyés par Lang Tombong Tamba afin de procéder à son arrestation. Il n'a pas opposé de résistance et les a suivis tout en leur remettant son arme de service comme il lui avait été demandé.

Jah a indiqué qu'il avait été enfermé dans la cellule No 5 du quartier de haute sécurité. Cellule qui était dépourvue d'un lit, d'une moustiquaire ou de tout autre matériel de confort.

" Le jour suivant, j'ai été conduit par les 'junglers' Malick Jatta, Ismaila Jammeh et certains autres au quartier général de l'Agence Nationale de Renseignements (NIA). Lors du trajet, Malick Jatta, sous l'influence de l'alcool, a essayé de me donner un coup avec son revolver mais Ismaila est intervenu en frappant la main de Malick. A notre arrivée à la NIA, j'ai été escorté dans une grande salle pour être interrogé par Lang Tombong, Ousman Sonko, Foday Barry, Alhagie Martin sur la tentative de coup d'état du Colonel Ndure Cham en 2006."

Il a déclaré à la Commission que les officiers étaient tous informés du fait que le Colonel Ndure avait non seulement fréquemment exprimé sa désapprobation du régime de Jammeh, mais avait également manifesté le désir de renverser le gouvernement du Président Jammeh.

Il a ajouté que Ndure lui a demandé de se joindre à lui pour mettre un terme au régime du Président Jammeh, mais il a répondu qu'il ne ferait pas partie de ce complot.

Continuant le récit de son interrogation à la NIA, il affirme leur avoir tout dit sur ce qu'il savait. Il a également révélé son refus de participer à la tentative de coup d'état.

" J'ai été reconduit à Mile 2 par les 'junglers'. Je n'ai plus jamais été ramené au quartier général de la NIA pour être interrogé. Le 26 Mars 2006, je dormais dans ma cellule lorsque j'ai entendu beaucoup de bruit. Omar Colley alias Jagai est venu chercher Ebou Lowe, Alpha Bah, Alieu Ceesay et Daba Marenah. Tout le monde était inquiet car il était 3 heures du matin et les 'junglers' circulaient dans toute la prison. Je ne les ai plus jamais revus. Je n'ai eu de leurs nouvelles que lorsque Ousman Sonko a annoncé qu'ils s'étaient échappés lors de leur transfert à Janjanburreh."

Le témoin a déclaré qu'il a été présenté devant la Haute Cour de Justice et accusé de trahison. Il affirme ne pas avoir été représenté par un avocat lors de sa première apparition, mais a réussi plus tard à se procurer les services de l'avocat Lamin Camara.

Il a ajouté que son accusation a ensuite été modifiée, et ce, de la trahison à la dissimulation. Il a été traduit devant la cour martiale et celle-ci a duré jusqu'au 19 avril 2007.

Il a également déclaré qu'il a été condamné à 25 ans d'emprisonnement. Il a passé neuf ans et quatre mois en prison avant de bénéficier de la grâce de l'ancien Président Jammeh le 22 Juillet 2015.

Il a accusé Jagai d'avoir constamment harcelé des prisonniers à Mile 2.

Le Major Jah a également révélé que durant son séjour en prison il a vu Kanyiba Kanji incarcéré aussi mais plus tard transféré. Il dit n'avoir plus jamais revu Kanyiba.

A La Une: Gambie

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.