Ouganda: Présidentielle - L'opposant Bobi Wine inculpé mais relâché sous caution

La police arrêtant le journaliste de Radio One Saif-llah Ashraf Kasirye (à gauche) dans le district de Luuka, en Ouganda, le 18 novembre.

Le principal adversaire du président Yoweri Museveni à la présidentielle en Ouganda a été inculpé ce 20 novembre d'« actes susceptibles de propager une maladie infectieuse » et « infractions aux règles sur le Covid-19 ». Il a été ensuite relâché. Bobi Wine avait été arrêté, il y a deux jours, pour avoir enfreint les règles sanitaires lors d'un rassemblement électoral.

Bobi Wine est accusé d'avoir enfreint les mesures anti-Covid-19 pour avoir réuni plus de 200 personnes lors d'un de ses rassemblements le 18 novembre. Ses avocats accusent le régime d'utiliser les mesures anti-Covid-19 pour l'empêcher de faire campagne. Plusieurs candidats de l'opposition ont par ailleurs suspendu leur campagne en guise de protestation.

« C'était comme une guerre »

Son arrestation avait déclenché la colère de ses partisans qui sont descendus dans les rues. Selon le dernier bilan de la police, 37 personnes sont mortes et environ 45 ont été blessées. La presse, elle, parle d'une quarantaine de victimes et le bilan ne cesse de grimper. Les forces de sécurité sont accusés d'avoir fait un usage excessif de la force pour disperser les manifestants et d'avoir tiré à balles réelles dans la foule.

« Les policiers tiraient de partout au hasard, raconte une femme dont le magasin se situe dans le centre-ville de Kampala. Chaque fois qu'ils voyaient un groupe de gens, ils tiraient. Ils ont lancé des gaz lacrymogènes devant nous alors qu'on était en voiture, bloqués dans les embouteillages. Ils nous criaient : "Partez". Mais nous ne savions pas par où partir. Au volant, j'ai failli avoir un accident. Il y avait de la fumée devant moi, à côté de moi. C'était comme une guerre. »

Des images qui circulent sur les réseaux sociaux montrent également la police tirant sur une femme à sa fenêtre, qui filme avec son téléphone portable, ainsi que des hommes en civil lourdement armés tirant en l'air dans la rue. Ce 20 novembre, la situation est calme dans la capitale mais encore très tendue. Le centre de Kampala est totalement désert, les magasins sont fermés et les forces de sécurité déployées en nombre.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.