Cameroun: Disponibilité du manuel scolaire - Pression sur les retardataires

Les acteurs de la chaîne du livre ont été invités hier à tout mettre en œuvre pour que les ouvrages au programme soient dans les rayons avant la rentrée.

A un mois de la rentrée scolaire 2020-2021, il était important pour le Conseil national d'agrément des manuels scolaires et du matériels didactiques (CNAMSMD) de faire le point sur la disponibilité des ouvrages au programme. C'est dans ce sens que s'est tenue hier à Yaoundé une réunion entre les acteurs de la chaine du livre, (les éditeurs, les diffuseurs, les distributeurs et les libraires) et les responsables, du Conseil.

Au niveau du CNAMSMD, tout a été mis en œuvre pour que le livre soit disponible sur tout le territoire national. « Nous avons proposé à tous les éditeurs d'avoir un entrepôt dans une des régions du Cameroun. Et nous nous sommes assurés de cela. Nous avons aussi continué à travailler sur les prix pour qu'ils soient revus à la baisse. Aucun éditeur n'a de raison de n'avoir pas ses livres imprimés et entreposés au Cameroun pour faciliter l'accès aux diffuseurs et aux distributeurs camerounais », a expliqué le Pr. Marcelin Vounda Etoa, secrétaire permanent du CNAMSMD.

Cinq mois après la publication officielle de la liste des manuels scolaires, certains acteurs sont encore à la traine. La raison pour la plupart est due au problème de financement. Par exemple, « quand vous avez un livre au programme, si vous devez le tirer pour une classe puisque vous êtes seul et que vous devez couvrir le territoire national. Il vous faut minimalement 100 000 exemplaires pour le primaire et 50 000 exemplaires pour le secondaire. Alors, un éditeur qui qui n'a pas un chiffre d'affaires qui dépasse 10 000 000, ce n'est pas facile. Vous payez 50% à la commande et les 50% restant à la livraison de la marchandise. Voilà le problème qui se pose avec les éditeurs », a expliqué le Pr. Marcelin Vounda Etoa.

C'est le même problème de financement qui se pose au niveau des libraires. « Nous avons essentiellement de petits libraires qui prennent parfois cinq, 10 exemplaires d'un livre. Si vous voulez avoir une surface où vous avez tous les livres de toutes les classes des deux sous-systèmes, dans un seul espace, il vous faut avoir beaucoup d'argent », a-t-il poursuivi. Et pour résoudre la plupart des problèmes posés, des idées innovantes ont été accueillies par le Conseil. Notamment, une foire du manuel scolaire.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.