Seychelles: L'UE ratifie l'accord de pêche avec les Seychelles conclu plus tôt cette année

Les membres du Parlement européen ont approuvé jeudi le renouvellement de l'accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable avec les Seychelles. L'accord et son protocole de six ans ont été signés en février et ont été mis en œuvre à titre provisoire depuis lors.

Le secrétaire principal pour la pêche, Jude Talma, a déclaré à la SNA que l'approbation par le Parlement européen faisait partie de la procédure interne de l'Union européenne, qui est plus ou moins similaire aux Seychelles.

"Le Conseil européen a signé l'accord et du côté des Seychelles, c'est l'ambassadeur auprès de l'UE qui l'a signé. Une fois qu'il a été signé, les Seychelles l'ont porté devant l'Assemblée nationale pour qu'il le ratifie. Le Parlement européen a maintenant ratifié l'accord", a expliqué M. Talma.

L'Assemblée nationale a ratifié l'accord en juin après un débat houleux au cours duquel des membres de la Linyon Demokratik Seselwa (LDS), alors majoritaire de l'opposition, ont souligné que les Seychelles auraient pu négocier beaucoup plus avec l'UE.

En vertu de ce protocole, jusqu'à 40 senneurs espagnols, français et italiens, et huit palangriers de surface français, espagnols et portugais se voient offrir des possibilités de pêche au thon. Les navires pourront pêcher au total 50 000 tonnes de thon par an.

M. Talma a déclaré que le quota pour "l'albacore est géré au niveau régional par la CTOI (Commission des thons de l'océan Indien) et que chaque pays se voit accorder un quota basé sur les prises historiques du pays".

En vertu de l'accord, la contribution financière de l'UE est de 5,3 millions d'euros par an, dont 2,5 millions d'euros sont le paiement du droit d'accès aux eaux des Seychelles, correspondant à un tonnage de référence de 50 000 tonnes de thon par an. Les 2,8 millions d'euros restants fournissent un soutien sectoriel au développement de la politique de la pêche de la nation insulaire de l'océan Indien occidental.

Dans un communiqué de presse, le Parlement européen déclare qu'il a également "adopté une résolution d'accompagnement qui appelle le secteur de la pêche seychellois à être plus impliqué dans la mise en œuvre de l'accord et à rétablir les stocks d'albacore surexploités par des mesures régionales. La flotte devrait faire tout ce qu'elle peut pour empêcher la surpêche. En outre, la résolution critique la pratique persistante consistant à appliquer provisoirement les accords internationaux avant que le Parlement ne donne son approbation. "

En réponse, M. Talma a déclaré que "dans le passé, il y a eu des retards dans la mise en œuvre des activités qui faisaient partie de l'accord".

« Pour l'accord précédent, nous avons atteint environ 96% de ce qui était défini dans le cadre du soutien sectoriel, cependant, COVID nous a causé un certain retard. Nous leur avons écrit, expliquant la raison pour laquelle nous ne pouvions pas atteindre 100%, et avons demandé que la différence soit reportée dans le prochain accord. Cela ne se fait généralement pas dans des circonstances normales », a-t-il ajouté.

La pêche est le deuxième contributeur de l'économie des Seychelles, qui compte 96 000 habitants à hauteur de 8 % du PIB,.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.