Congo-Kinshasa: La visite du vice-Premier ministre de l'Intérieur sur un site de la DGM fait polémique

Une visite du vice-Premier ministre de l'Intérieur et de la sécurité sur un site de la Direction générale de migration (DGM), ce mercredi, provoque une polémique. Plusieurs médias congolais ont parlé d'un cachot clandestin qui aurait continué d'opérer. Pourtant, le président de la République a déjà mis fin aux cachots clandestins. La DGM tente de rassurer.

Pour certains, c'est un cachot clandestin. Mais la Direction générale de migration soutient qu'il s'agit d'un centre de rétention et de transit pour étrangers en séjour irrégulier. Un centre qui fonctionne régulièrement, précise-t-on à la DGM. Une dizaine de personnes, des étrangers y étaient hébergées au moment où le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur est venu le visiter

Même les diplomates étrangers connaissent ce site.

Situé d'abord dans les locaux de la direction provinciale de Kinshasa, ce centre a été transféré dans la parcelle destinée à recevoir la future direction générale, explique le chargé de communication de la DGM. Selon lui, même les diplomates étrangers connaissent ce site parce qu'ils vont y visiter leurs compatriotes qui sont en situation irrégulière en RDC.

Mauvaise interprétation

Dans un communiqué, la DGM parle d'une mauvaise interprétation faite par certains médias de la visite du ministre de tutelle, Gilbert Kankonde, sur ce site qui, du reste, n'a pas été fermé. Au lendemain de son élection, le président Félix Antoine Tshisekedi avait ordonné la fermeture de tous les cachots clandestins de l'ensemble du pays, et cela a été fait, rappellent des responsables de la DGM qui soutiennent ne pas disposer de cachot clandestin.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.