Burundi: Dans sa campagne «10 jours pour signer» Amnesty appelle à la libération de Germain Rukuki

Lors du lancement de sa campagne « 10 jours pour signer », Amnesty International met en lumière, cette année, le cas de Germain Rukuki, militant des droits de l'homme au Burundi arrêté en juillet 2017.

Chaque année, l'ONG de défense des droits de l'homme appelle à soutenir par un message, une lettre ou encore un tweet par exemple, les droits de dix personnes dans le monde. Cette année, Amnesty International revient sur le cas de Germain Rukuki, militant des droits de l'homme au Burundi, en prison depuis trois ans. Il purge une peine de 32 ans de prison après avoir été déclaré coupable de « rébellion », d'« atteinte à la sûreté de l'État », de « participation à un mouvement insurrectionnel » et « d'atteinte à l'autorité de l'État ».

Germain Rukuki travaillait pour une organisation de défense des droits humains qui s'appelle ACAT-Burundi, une association chrétienne contre la torture. L'ACAT s'était opposée au troisième mandat du président Kurunziza. Il semble donc que le gouvernement voulait montrer que cette manière de critiquer le gouvernement et de défendre les droits humains n'était pas acceptable. [... ] Il est donc en prison. Il a été condamné sur des accusations injustes, infondées. Evidemment, à Amnesty International, nous appelons à sa libération immédiate et sans conditions.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.