Sénégal: Des pêcheurs touchés par une «mystérieuse maladie» de peau

À Thiaroye, en banlieue de Dakar, des pêcheurs sont revenus de leur sortie en mer, cette semaine, avec des pustules et boutons sur la peau. Les causes ne sont pas encore connues, mais la piste de la pollution est principalement avancée.

Une « maladie mystérieuse » a ainsi touché environ 600 personnes, depuis mardi17 novembre. Plusieurs ministres se sont alors rendus sur place et un comité de crise a été mis en place.

Le quai de pêche de Thiaroye sur mer, en banlieue de Dakar, est déserté par les bateaux. Toutes les activités en mer sont suspendues, le temps de mieux connaître la maladie qui touche les pêcheurs.

Cette mesure inquiète Pape Seck, capitaine de pirogue, originaire d'un village, à l'est de Dakar: « c'est très difficile de ne pas travailler parce que je dois nourrir la famille restée au village ».

Pape Seck sort de trois jours à l'hôpital où il a commencé un traitement contre les boutons qui s'étaient étendus sur son nez, ses mains et ses lèvres.

« Ça fait très mal, surtout quand l'air marin ou l'eau de mer passe sur les boutons. Ça fait très mal quand même. Je pense que c'est l'eau usée qui est dans la mer, qui est la cause de cette maladie parce que quand l'eau me touche, ça me pique la peau ».

Ibrahim Mbaye, inspecteur départemental des pêches de Pikine appelle à la patience des pêcheurs, pour leur santé mais aussi pour celle des consommateurs de poissons: « Jusqu'à présent, nous n'avons pas eu d'espèces de poissons contaminées, mais il n'empêche qu'il y a des résultats que nous attendons, surtout du poisson qui se trouve dans la zone où l'on soupçonne la pollution. Nous avons pris des espèces, là-bas, et nous attendons maintenant les analyses de labo ».

Selon le ministère de la Santé, les premiers cas commencent à guérir et aucune contamination n'a été constatée pour le moment au niveau de la population.

A La Une: Sénégal

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.