Maroc: Lancement à Rabat d' un projet de lutte contre la radicalisation des jeunes en ligne

Initié par la Rabita Mohammadia des Oulémas dans l'objectif de lutter contre les discours de la haine et sensibiliser sur les dangers que peuvent présenter Internet et les réseaux sociaux

Un projet de lutte contre la radicalisation en ligne des jeunes au Maroc a été lancé, jeudi à Rabat, par la Rabita Mohammadia des Oulémas, avec pour objectifs de lutter contre les discours de la haine et sensibiliser les jeunes aux dangers que peuvent présenter Internet et les réseaux sociaux. L'accord de réalisation de ce projet, financé par le gouvernement du Japon en partenariat avec le Programme des Nations unies pour le développement, a été signé par l'ambassadeur du Japon au Maroc, Takashi Shinozuka, le représentant résident du PNUD au Maroc, Edward Christow, et le secrétaire général de la Rabita Mohammadia des Oulémas, Ahmed Abbadi.

"Ce projet vise non seulement à protéger les adolescents et les jeunes des fléaux de l'extrémisme violent, que ce soit sur le terrain ou dans leur dimension numérique, mais aussi à les immuniser contre le discours de la haine en les accompagnant pour acquérir la compétence d'influencer sur Internet pour inspirer leurs homologues" a déclaré Ahmed Abbadi à cette occasion. Le projet s'inscrit dans le cadre de la durabilité afin d'aider les jeunes à acquérir les outils et les compétences nécessaires pour lutter contre l'extrémisme de toutes sortes, a-il-indiqué, soulignant que le succès de ce projet dépend principalement de la préparation de contenus attractifs et accrocheurs pour les jeunes. Ahmed Abbadi a expliqué, à cet égard, que la Rabita a lancé plusieurs jeux interactifs sur Internet dans le but de promouvoir la culture de la paix et la modération et le rejet de la violence et de l'extrémisme, et prépare un guide de l'influence virtuelle afin d'aider les jeunes à acquérir les compétences qui les qualifient pour être de bons influenceurs dans le monde Internet. Le Japon et le PNUD ne seront pas seulement des bailleurs de fonds, mais également des partenaires du projet en bénéficiant de l'expérience du Japon et de ses initiatives innovantes dans le domaine de lutte contre l'extrémisme, ainsi que de l'expérience du PNUD et de ses outils d'évaluation, pour faire de ce projet un succès et une source d'inspiration pour d'autres pays dans ce domaine, a-t-il fait savoir. S'exprimant à cette occasion, l'ambassadeur du Japon au Maroc a fait part de sa fierté du soutien de son gouvernement à ce projet, le quatrième au Maroc visant la prévention de l'extrémisme violent chez les jeunes, dont trois sont initiés par le PNUD et un par l'UNICEF.

"Nous estimons que ce projet est également une réponse à un souci d'immunisation de la société marocaine contre les menaces cybernétiques qui guettent sa jeunesse" a-t-il fait savoir, ajoutant que "le radicalisme religieux menant à la violence est un phénomène universel". "Par ce financement, nous soutenons le gouvernement marocain dans sa lutte contre les risques de radicalisation en ligne des jeunes, notamment en prévenant et informant sur les dangers que peuvent présenter Internet et les réseaux sociaux, a-t-il déclaré, précisant que la jeunesse est le trésor de la Nation, l'avenir même du pays, comme l'a souligné à maintes reprises Sa Majesté le Roi Mohammed VI". Par ailleurs, l'ambassadeur du Japon s'est félicité de la stratégie multidimensionnelle élaborée par le Maroc contre la radicalisation. "L'approche proactive entreprise par le Royaume et la réforme du champs religieux, engagée sous Haute impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine", traduit la volonté et le rôle de la Commanderie des croyants pour la consécration des fondements d'un Islam juste, modéré et du juste milieu, tout en respectant l'identité authentique du Royaume du Maroc: pays de cohabitation, de tolérance et de dialogue", a-t-il dit. De son côté, le représentant résident du PNUD au Maroc, Edward Christo, a affirmé que ce projet est le fruit de plusieurs mois de travail conjoint entre la Rabita Mohammadia des Oulémas, l'ambassade du Japon et le PNUD, soulignant que les trois partenaires continueront à travailler en étroite collaboration et conjointement pour l'implémentation de ce projet.

Cet accord vise à soutenir la production et la publication de séquences vidéo sur les réseaux sociaux, ce qui constituera une opportunité de jeter la lumière sur des discours alternatifs, a-t-il relevé, notant que le projet dépendra de l'expérience de la Rabita Mohammadia des Oulémas dans ce domaine, et assurera une présence en ligne à travers les réseaux sociaux de la Rabita et du PNUD. Et d'ajouter que le projet vise également à permettre à un groupe d'experts de la Rabita de rencontrer des experts japonais travaillant dans le domaine de la prévention des conflits et de la promotion de la paix, ainsi qu'à organiser un atelier international au Maroc sur les meilleures pratiques dans ce domaine.

Le projet, dont le financement s'élève à 454.545 USD, s'articule autour de quatre objectifs principaux. Il s'agit notamment de réaliser un diagnostic des risques liés aux contenus de radicalisation en ligne ciblant les jeunes et de soutenir les parties prenantes nationales dans l'utilisation des technologies de l'information et de la communication (TIC) et les médias pour prévenir l'extrémisme violent et les discours de haine. Il s'agit aussi de sensibiliser les jeunes marocains à travers les réseaux sociaux sur l'importance de promouvoir un discours alternatif, l'esprit de coopération et le partage d'expériences dans la prévention de l'extrémisme violent en ligne. Ce projet qui s'étalera sur une durée d'un an, aura un impact majeur sur les jeunes et la société marocaine dans son ensemble, a-t-il conclu.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.