Sénégal: Electrification rurale - Un bond de 10% réalisé en un an

21 Novembre 2020

La Commission de régulation du secteur de l'électricité (Crse) s'est penchée hier, vendredi 20 novembre, à Dakar sur le document de la seconde consultation publique pour une révision des conditions tarifaires de Senelec couvrant la période triennale 2020-2022.

L e Sénégal est en train de faire des avancées remarquables en matière d'électrification rurale. En effet, le taux d'électrification rurale a connu une forte augmentation en un temps relativement court, passant de «43,2% en fin 2018 à 53,9% en fin 2019, soit un bond de près de 10 points», a fait remarquer le ministre du pétrole et des énergies Sophie Gladima, qui présidait hier, vendredi 20 novembre, à Dakar une rencontre de la Commission de régulation du secteur de l'électricité (Crse) portant révision des conditions tarifaires de la Société nationale d'électricité du Sénégal (Senelec) et couvrant la période 2020- 2022. De même, la diversification du mix énergétique est devenue une réalité avec l'introduction massive des énergies renouvelables particulièrement le solaire et l'éolien. Sur ce, «ce mix sera renforcé dans le cadre de la mise en œuvre de notre stratégie (gas to power) dont les premières retombées sont attendues en 2024, notamment en termes de baisse des coûts de production d'électricité», dira-t-elle.

A cette deuxième consultation publique après celle organisée en 2019 et qui a permis aux parties prenantes d'échanger sur le bilan de la période 2017-2019, la présente rencontre s'est penchée sur les nouvelles normes et obligations fixées à Senelec pour la période 2020-2022. A juste titre pour ce qui est des nouvelles conditions tarifaires pour une durée de 3 ans, ladite consultation publique se veut un réceptacle d'observations et de recommandations prenant en compte la stratégie d'accès universel à l'électricité en 2025 pour laquelle il est attendu de Senelec une contribution significative afin de rehausser le taux d'électrification du pays et corriger, au niveau de son périmètre, les déséquilibres entre les régions et les départements.

PLUS DE 500 MILLIARDS D'INVESTISSEMENTS PREVUS PAR LA CRSE

Pour ce faire, les projections de coûts pour le programme d'investissement de Senelec pour la période tarifaire s'élève à 976,1 milliards de FCFA dont 298, 9 milliards de FCFA fiancés sous forme de dons et subventions. Les prévisions d'investissements retenus par la commission sur la base tarifaire s'élève à 504,220 milliards de FCFA sur la période et sont ainsi réparties: production 32 265 millions, transport 167 268 millions, distribution 279 443 millions, autres 25 244 millions.

LES NOUVELLES CONDITIONS TARIFAIRES

Pour le moment, difficile d'évoquer les nouvelles conditions tarifaires. Car, il faudra au préalable avoir autorisé à Senelec un niveau de revenus suffisant pour lui permettre d'obtenir un taux de rentabilité normal de la base tarifaire. Et ceci implique des revenus requis régulés de référence, des revenus maximum autorisés, des modalités d'indexation des revenus et la durée de validité des conditions tarifaires.

IBRAHIMA AMADOU SARR, PRESIDENT DE LA CRSE : «Nous allons bientôt aboutir à de nouvelles conditions tarifaires pour 2020-2022»

Magnifiant l'engagement et la participation active des institutions, du gouvernement et des associations de consommateurs pour aboutir à de nouvelles conditions tarifaires au compte de la période 2020-2022, le président de la Commission de régulation du secteur de l'électricité Ibrahima Amadou Sarr, très optimiste, dira: «Nous allons aboutir bientôt à la détermination des nouvelles conditions tarifaires pour la période 2020-2022». Cette rencontre démontre à suffisance que «la fixation des conditions tarifaires reste un processus de transparence en ce sens qu'il appelle à une approche participative et inclusive», a ajouté M. Sarr.

Au sujet de la cherté du prix d'électricité, il fait savoir ceci : «Au Sénégal, il faut admettre que le coût de l'électricité reste cher, mais il est bon de noter que nous venons de loin avec les émeutes de l'électricité en 2011, faute de production. Ce qui n'est plus le cas». Il ajoute: «Notre seul souhait c'est d'avoir de l'électricité disponible, accessible et à bon marché». Et de rappeler que «c'est une préoccupation légitime. Les Sénégalais ont droit à cela, et nous tous (Commission de régulation et gouvernement y travaillons inlassablement».

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.