Sahara Occidental: La question du Sahara marocain aurait facilement été résolue si l'Algérie avait cessé de soutenir le "polisario" (presse indonésienne)

Jakarta — La question du Sahara marocain aurait facilement été résolue si l'Algérie avait cessé de soutenir le "polisario", indique dimanche le portail d'informations indonésien "Kompasiana".

"L'Algérie continue de nourrir la rancune envers le Maroc (... ). C'est pourquoi elle soutient le "polisario" avec de l'argent et des armes", écrit l'auteur de l'article, le journaliste Veeramalla Anjaiah.

L'ONU et la communauté internationale doivent faire pression sur l'Algérie pour mettre fin à son ingérence dans les affaires intérieures du Maroc, souligne-t-il, précisant que les dirigeants du "polisario" font face actuellement à une grande colère des séquestrés à Tindouf qui protestent contre les conditions de plus en plus précaires dans les camps.

"Certains individus frustrés de Tindouf ont malheureusement fini par rejoindre des organisations terroristes, tandis que d'autres plus chanceux ont réussi à fuir les griffes du polisario et sont retournés au Maroc", a relevé le site d'informations.

Et de conclure que de nombreux pays et États africains ont dénoncé les actions provocatrices du "polisario" perturbant la stabilité de la région, tout en exprimant leur appréciation quant aux efforts du Maroc pour restaurer la paix dans la région.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.