Cote d'Ivoire: Session budgétaire à l'Assemblée nationale - Moussa Dosso expose ses priorités devant les députés

21 Novembre 2020

A l'instar de ses collègues du gouvernement, le ministre des Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso, était également, devant les députés de l'Assemblée nationale, le vendredi 20 novembre, pour présenter son budget-programmes, au titre de l'année 2021.

Il a indiqué à l'occasion, que le budget global de son ministère est de 33 965 814 880 FCFA, et se répartit comme suit : Personnel : 6 265 328 563 FCFA ; Biens et Services : 3 990 328 644 FCFA ; Transferts : 577 524 458 FCFA ; Investissement : 23 132 633 215 FCFA. A propos des investissements, il a précisé que la part de l'Etat est de 3 267 183 215 FCFA et celle des bailleurs, de 19 865 450 000 FCFA.

Moussa Dosso a aussi souligné que le montant de 6 265 328 490 F CFA de ce budget est destiné aux salaires et traitements du personnel ; 3 999 328 644, aux biens et services ; 577 524 458 aux transferts et 23 132 633 215 aux investissements.

Il a ajouté que quatre (04) programmes ont été retenus pour l'atteinte des objectifs du ministère. A savoir, l'Administration Générale ; le développement de l'Elevage ; Gestion durable des Ressources Halieutiques ; l'Amélioration de la Santé animale, du bien-être animal et de l'hygiène publique vétérinaire.

Selon lui, l'objectif global du programme "Administration Générale" est de développer sur l'ensemble du territoire national, une administration moderne et performante par l'amélioration de la gouvernance administrative et financière du secteur.

La mise en œuvre de ce programme permettra d'améliorer la gouvernance du secteur, le cadre de gestion et de renforcement des capacités des ressources humaines et la gestion des finances et du patrimoine.

Pour atteindre ces objectifs, il a été décidé d'un budget prévisionnel de 8 926 377 789. Lequel est en nette augmentation de 133 448 923 soit 1,49% FCFA, par rapport à 2020

A propos du programme portant sur le développement de l'élevage, d'un montant de 1 668 661 565 francs CFA (soit une augmentation 188 369 466 soit 11,29% comparativement à 2020), le ministre a souligné qu'il devra permettre d'accroître la production nationale en viande, lait et produits dérivés, de contribuer à l'amélioration des revenus des éleveurs et des métiers connexes par la modernisation des élevages.

D'un budget de 22 765 170 036 francs CFA (en forte augmentation de 13 082 313 872, soit 57,47 % par rapport au budget de l'année 2020), le programme 3, qui porte sur la Gestion durable des ressources halieutiques, a pour objectif, d'assurer une gestion durable et participative des ressources halieutiques, afin d’accroître la production, par l'amélioration des performances des pêches (artisanale et industrielle) et l'exploitation optimale du potentiel aquacole national.

Enfin, le quatrième programme, qui porte sur l'amélioration de la santé animale, du bien-être animal et de l'hygiène publique vétérinaire. Il s'agira selon le ministre, de mettre aux normes, l'environnement sanitaire des animaux et de garantir la sécurité sanitaire des denrées alimentaires d'origine animale en Côte d'Ivoire.

Le ministre Moussa Dosso a en outre, noté que pour atteindre les objectifs de ce programme, un budget prévisionnel de 605 605 490 franc CFA a été programmé pour l'année 2021, soit une augmentation de 39 065 434 soit 6,45% par rapport à 2020.

Comme tous les autres qui l'ont précédé, ce budget-programme a été, également, voté par les députés membres de la commission des Affaires Economiques et Financières de l'Assemblée nationale.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.