Madagascar: Régime de retraite, immunité - Les députés priorisent leurs avantages dans l'ordre du jour

L'ordre du jour adopté pendant la semaine écoulée prévoit l'adoption en séance plénière de propositions de loi prévoyant un traitement spécial pour les membres de la Chambre basse.

Le temps passe mais les pratiques ne changent pas à Tsimbazaza. Du temps du régime « Hery Vaovao hoan'i Madagasikara » (HVM), la Chambre basse a été connue et reconnue comme étant une institution spécialisée dans la corruption et les petites mallettes. A l'époque, voir des vidéos et des photos de députés distribuant de l'argent était devenu une habitude pour les Malgaches. Une corruption de haut niveau qui se passait au vu et au su de tout le monde.

De nombreuses doléances et plaintes impliquant des parlementaires ont été déposées auprès des juridictions responsables de la lutte contre la corruption mais pour l'heure, aucune sanction n'est tombée et aucune poursuite n'est engagée. Nul n'ignore qu'engager une poursuite judiciaire contre un député requiert une autorisation de levée d'immunité émanant du bureau permanent de l'Assemblée nationale.

Pour l'heure, aucune autorisation n'a été donnée car le corporatisme reste infaillible du côté de Tsimbazaza. D'ailleurs, les députés ne cachent pas qu'ils se soutiennent et se défendent entre eux. C'est le cas, par exemple, du député d'Ikongo Brunelle Razafitsiandraofa qui continue de défier le président Andry Rajoelina et le régime par rapport à l'affaire du découpage de la Région Vatovavy Fitovinany.

Des membres de la Chambre basse ont affiché publiquement leur soutien au Vice-président en charge de la Province de Fianarantsoa. Dernièrement, il y a également l'affaire du député d'Ambilobe qui s'est battu avec le secrétaire général de la Commune Urbaine de sa circonscription. La vidéo montrant une scène de violence a fait le tour des réseaux sociaux pendant le week-end. Mais pour le moment, aucune réaction du bureau permanent.

Kere. Mais mis à part ces agissements personnels, l'Assemblée nationale continue aussi les provocations par rapport à la réclamation de leurs avantages. Alors que tous les responsables nationaux et internationaux concentrent leurs efforts pour la recherche de solutions à court, à moyen et à long terme pour mettre fin au kere qui frappe la population du Sud, les députés quant à eux, œuvrent et manœuvrent pour institutionnaliser leurs avantages, notamment pour l'obtention d'un régime de retraite parlementaire. L'adoption en séance plénière de la proposition de loi y afférente est déjà inscrite à l'ordre du jour adopté pendant la semaine écoulée.

En effet, l'adoption de la proposition de loi n°008-2020/PL portant régime de retraite parlementaire présentée par le député d'Antsohihy, Jao Jean, aura lieu au CCI Ivato le mardi 8 décembre prochain. Malgré les polémiques, ce texte va certainement être adopté. Le 17 décembre, les députés vont procéder à l'élection du président de la » Commission permanente, chargée de l'examen des demandes de suspension de détention, des mesures privatives et restrictives de la liberté ou de la poursuite d'un député « .

« Institution à polémiques ». Avec toutes ces initiatives, la Chambre basse risque de ternir son image. Bon nombre d'observateurs la qualifient d'ailleurs d' « Institution à polémiques ». Faut-il rappeler que pendant l'actuelle législature, il y a déjà eu l'affaire de 4×4 et de nombreuses menaces de motion de censure contre le gouvernement. Et pourtant, l'Assemblée nationale est composée par une grande majorité de députés pro-régime.

Beaucoup d'observateurs estiment que les députés ne semblent pas être conscients de l'enjeu des actions pour l'émergence du pays prônée par le président Andry Rajoelina. Les intérêts de la population devraient primer sur les intérêts personnels. Pendant que les sénateurs haussent le ton pour dénoncer les problèmes de budget subis au niveau du Palais de verre d'Anosikely, les députés quant à eux multiplient les provocations en manœuvrant pour augmenter leurs avantages.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.