Afrique de l'Ouest: La sécurité, une priorité pour les Burkinabè

20 Novembre 2020

Le double scrutin législatif et présidentiel du dimanche 22 novembre va se dérouler dans un contexte d'insécurité, dû aux attaques djihadistes dans le nord et l'est du pays, où le vote ne pourra pas avoir lieu.

Auparavant épargné par les attaques djihadistes qui touchent plusieurs de ses voisins sahéliens, le Burkina Faso connaît depuis 2015 régulièrement des enlèvements et attaques perpétrés par une douzaine de groupes djihadistes, affiliés à Al-Qaïda ou à l'organisation Etat islamique (EI).

Le 15 janvier 2016, un attentat contre l'hôtel Splendid et le restaurant Cappuccino à Ouagadougou, le premier de ce type dans le pays, a fait 30 morts, majoritairement des Occidentaux.

Aussi, depuis cinq ans, les violences djihadistes, ajoutées à des conflits intercommunautaires, ont fait plus de 1.200 morts et plus d'un million de déplacés.

Plusieurs villes du pays sont inaccessibles en raison de l'insécuritéqui sévit.

C'est dans ce contexte que près de sept millions de Burkinabè se rendront aux urnes ce dimanche 22 novembre pour ce double scrutin. Ces élections se déroulent dans un contexte marqué par l'insécurité, due aux attaques djihadistes dans le nord et l'est du pays, deux zones où le vote ne pourra pas avoir lieu.

D'où les inquiétudes d'Ousmane Amirou Dicko, émir de la région du Liptako, à cheval entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Il plaide pour que la question de l'insécurité puisse être au centre des préoccupations du chef de l'Etat et des députés qui seront élus.

A La Une: Afrique de l'Ouest

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.