Soudan: Un nouveau charnier pourrait abriter les victimes du massacre du 3 juin 2019

Au Soudan, les corps découverts dans des fosses près de Khartoum vont être exhumés. Le procureur a annoncé le lancement de nouvelles étapes dans l'enquête sur ces dépouilles découvertes, il y a une dizaine de jours, non loin de Khartoum. Les autorités pensent qu'il s'agit de victimes du massacre du 3 juin 2019. Les forces de sécurité avaient pris d'assaut le sit-in, cœur battant de la révolution, commettant un bain de sang.

Les corps sont dispersés sur trois sites, près des montagnes d'al-Markhiyat. Les enquêteurs vont désormais les extraire des fosses et recueillir tous les éléments de preuves possibles.

Des tests ADN seront réalisés. Le bureau du procureur va tenter de déterminer l'identité de ces personnes, la cause et la date de leurs morts.

« Enterrées d'une façon contraire à la dignité humaine »

La découverte de ces cadavres a été annoncée le 11 novembre. Le procureur avait alors déclaré que « ces personnes avaient été tuées et enterrées d'une façon contraire à la dignité humaine ».

Selon des témoins, les dépouilles auraient été enterrées le 3 juin 2019, le jour-même du massacre du sit-in. Il pourrait donc s'agir de victimes du bain de sang. Les familles des personnes disparues ont en tout cas déjà été prévenues.

Le 3 juin 2019, les forces de sécurité du régime de transition avaient brutalement démantelé le sit-in, le cœur battant de la révolution installé dans les rues de Khartoum, en face du quartier général de l'armée. Officiellement, l'attaque a fait 85 morts. Mais d'autres sources parlent d'au moins 200 victimes et de dizaines de disparus.

Les militaires, eux, n'ont jamais reconnu leur responsabilité. Ils accusent des sympathisants de l'ancien régime qui auraient infiltré leurs rangs.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.