Burkina Faso: Les Koudougoulais ont voté pour un Burkina « paisible »

22 Novembre 2020

A l'école primaire privée évangélique de Koudougou, dans la matinée du 22 novembre 2020, la plupart des bureaux de vote ont ouvert à 6h. Malheureusement, certains ont dû attendre 8h voire 9h, pour enregistrer leurs premiers électeurs.

Vincent Yaméogo, carte d'électeur en main, s'est posté devant le bureau de vote N01, ce dimanche 22 novembre 2020 à Koudougou, depuis 5h10mn à l'école primaire privée évangélique de Koudougou. Pressé d'accomplir son devoir civique, c'est finalement à 6h28mn qu'il a accès à la salle.

Après avoir apposé sa signature sur la liste d'émargement qui prouve qu'il a voté, sous le regard des observateurs et des représentants des partis politiques, il a poussé un ouf de soulagement : « Enfin, c'est Ok !

Je viens d'accomplir mon devoir citoyen et je suis fier », dit-il. Pour lui, tout le monde est engagé pour ces élections présidentielle et législatives et elles doivent être transparentes et apaisées, afin que les populations aient un président élu au suffrage universel « honnête ».

Une dame, la cinquantaine bien sonnée, vêtue d'une tenue à l'effigie de la Vierge Marie, s'impatiente dans le rang. Elle se plaint de la lenteur du déroulement du vote. Elle croyait voter rapidement et continuer à l'église.

Pendant que les bureaux No1 et No7 grouillent d'électeurs, les membres des autres bureaux se tournent les pouces.

« Nous attendons toujours les votants. Peut-être qu'ils sont allés à la messe ou bien qu'ils vont se présenter à la dernière minute », justifie le président du bureau de vote N05, Yacouba Coulibaly.

Il souligne qu'il leur manque des PV, mais cela n'entache pas, selon lui, le bon déroulement du scrutin. Il espère que d'ici à la fermeture, tout rentrera dans l'ordre.

La présidente du bureau de vote N01, Safiatou Semdé, à part la feuille de vote par dérogation qu'elle a empruntée dans le bureau voisin, elle n'a relevé aucun problème à son niveau.

Sibiri Zongo, 64 ans, qui chiquait son tabac dans le rang, et ne pouvant plus se tenir debout, à cause du poids de l'âge, s'est trouvée une place sur la terrasse devant sa salle de vote NO7, en attendant son tour.

Les 30 mn suivantes, elle arrive à voter sans difficulté. « Je souhaite que le président qui sera élu, se penche réellement sur le problème d'emploi de nos enfants, car ils sont notre espoir », plaide-t-elle. A la suite de cette sexagénaire, Ernest Kiendrébeogo et cinq autres de ses camarades de l'association "Wend Tôongo des personnes handicapées visuelles", sont venus s'acquitter de leur droit civique.

Ils ont exprimé leur satisfaction et ont voulu que le scrutin se déroule dans la transparence et que les résultats qui seront issus des urnes, soient acceptés par tous.

La gouverneure de la région du Centre-ouest, Irène Coulibaly, n'a pas manqué ce grand rendez-vous dans son lieu de vote à l'école primaire évangélique.

Elle a invité tous ceux qui ont pu s'inscrire sur les listes électorales, à effectuer un déplacement dans les bureaux de vote, afin d'accomplir cet acte qui leur incombe.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.