Burkina Faso: Présidentielle et législatives 2020 /Zéphirin Diabré - « Je ne suis pas un idiot du village... »

23 Novembre 2020

Les Burkinabè étaient dans les bureaux de vote hier 22 novembre 2020 pour élire le président du Faso et les députés qui siègeront à l'Assemblée nationale pour la 8e législature. Zéphirin Diabré, candidat de l'Union pour le progrès et le changement (UPC), a voté au bureau de vote N°1 de l'école franco-arabe de Zogona, à Ouagadougou.

Zéphirin Diabré, candidat de l'Union pour le progrès et le changement (UPC), a voté, hier 22 novembre 2020, au bureau de vote N°1 de l'école franco-arabe de Zogona, à Ouagadougou, aux alentours de 10h.

Ce fut l'occasion pour lui de dénoncer ce qu'il a qualifié d'irrégularités ou tentative de fraude orchestrée par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et le ministre d'Etat, ministre de la Défense nationale et des anciens Combattants, Moumina Chériff SY. Et de prévenir qu'il n'acceptera pas de résultats truqués par qui que ce soit.

« Nous sommes des républicains. Et moi, en ce qui me concerne, personne au Burkina Faso et dans le monde n'a de leçon à me donner en la matière. En 2015, j'ai prouvé mon attachement à la paix et à la stabilité du pays en allant féliciter mon concurrent avant même qu'on ait fini de compter les résultats. Cela veut dire que je suis un homme de paix et un homme d'honneur.

Il est clair que si je suis un homme de paix, je ne suis pas un idiot du village encore moins un dindon de la farce. Si les résultats sont sincères, il est clair que nous allons prendre acte. Nous allons féliciter si nous sommes perdants ou attendre que le MPP vienne nous féliciter si nous sommes gagnants. Mais s'ils ne sont pas sincères, que l'on ne vienne pas nous demander d'accepter une bataille électorale », a-t-il dit. A l'en croire, le MPP s'adonne à des achats de consciences et des cartes d'électeurs qui ont cours dans les marchés et quartiers périphériques.

« Le MPP prend les cartes des femmes et leurs numéros de téléphone et promet leur envoyer de l'argent via Orange money. Plus grave, nous notons qu'il y a un problème au niveau de la cartographie électorale. Des endroits où l'on doit voter ont été annulés. Le dialogue politique a décidé que seul le Conseil constitutionnel, en tenant compte de la notion de cas de force majeur, peut décider de là où l'on ne peut pas voter.

Or, depuis 48 heures, le ministre de la Défense, Sy Chérif, ses services et la CENI sont en train de procéder à des modifications des endroits où l'on doit voter. Ils décident qu'on vote dans des villages où on ne doit pas voter, et qu'on ne doit plus voter dans des villages où l'on devrait voter », a déploré le Chef de l'opposition politique burkinabè, Zéphirin Diabré.

Et d'exiger des explications claires et nettes sur les raisons pour lesquelles les bureaux de vote ont été supprimés à la dernière minute et d'autres rajoutés comme ce fut le cas à Gorom-Gorom dans la région du Sahel et à Liptougou dans la Gnagna dans la région de l'Est.

En attendant, le candidat de l'UPC a invité les Burkinabè à voter massivement d'une part, et à assister au dépouillement puisque la loi leur donne cette possibilité. « Aucun président de bureau de vote ne peut vous interdire de venir assister à un dépouillement.

Il faut donc que les citoyens aillent ce soir à partir de 18h au niveau des bureaux de vote pour être témoins du comptage des résultats », a-t- il conclu. En rappel, le CFOP avait animé une conférence de presse le 21 novembre 2020, soit la veille du double scrutin présidentiel et législatif, pour dénoncer ce qu'elle a appelé des tentatives de fraude. Elle dit avoir posé plainte contre X auprès du Procureur du Faso pour tentatives de fraude.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.