Sénégal: Projet de resorption des abris provisoires - La prospective républicaine défriche les sentiers

23 Novembre 2020

L'évolution de la courbe démographique engendre chaque année de nouveaux besoins en termes de scolarisation et les classes existantes s'avèrent insuffisantes pour répondre efficacement à la demande. Malgré les efforts consentis par l'Etat, « les abris provisoires se multiplient, au niveau national, le pays totalise plus de 6500 avec 208 classes répertoriées dans la région de Matam ».

Dans ce contexte particulier de recherche de solutions pour la scolarisation des cohortes d'enfants en âge de l'être, des cadres de la région de Matam agitent l'opérationnalisation d'une approche communautaire pour accompagner l'Etat dans la dynamique de résorption des abris provisoires.

Autour du Garde des sceaux et ministre de la Justice, Me Malick Sall, s'est formée depuis quelques mois une chaine généreuse de solidarité composée de cadres de divers domaines d'activités du secteur public comme du privé et de l'enseignement supérieur, afin d'apporter un nouveau souffle dans la conduite des affaires de la cité, sous l'égide d'une association dénommée, « Prospective Républicaine ». Des membres de l'association qui ont entrepris depuis ces derniers jours une caravane de distribution de kits scolaires dans plusieurs localités de la région, ont choisi Forsou, devant les abris provisoires fortement dégradés du village qui abrite une trigrade, (3 cours tenus par un seul enseignant), pour procéder au lancement de leurs activités.

Annonçant à ce niveau leur « engagement à travailler sur un projet qui fait partie du programme du président de la République, à savoir la résorption des abris provisoires au niveau du territoire national et de manière spécifique la région de Matam », les initiateurs du projet ont fait savoir que les données obtenues des IEF (Inspection de l'Education et de la Formation) font état d'une situation où 92 classes sous abris provisoires sont recensées dans le département Matam, 44 dans le département de Ranérou et 72 dans le département de Kanel, pour tous les ordres d'enseignement.

UNE AMBITION DE RENOVATION !

Flétris d'ambition, les annonceurs du projet relèvent l'idée que « l'objectif général du projet est d'apporter une réponse concrète aux préoccupations des populations pour la scolarisation des enfants de la région de Matam, par une résorption définitive des abris provisoires ». Avec un plus de rénovation. Car en plus des salles de classes, qui seront dotées d'un système d'alimentation en énergie solaire, le projet sera accompagné par la mise à disposition de blocs sanitaires et de grandes salles d'eau pour les enfants.

Dans une démarche intégratrice, il s'agira de mettre en œuvre une solution innovante pour le drainage des eaux pluviales et agrémenter les écoles avec un aménagement paysager. Dans sa partie environnement planté, le projet comportera un volet de micro jardinage autogéré, dont les revenus seront nécessaires à l'entretien des infrastructures, notamment les blocs d'hygiène. A ce titre, la construction des salles de classes (208) devrait mobiliser un montant de 1miiliard 248 millions de francs Cfa, l'aménagement paysager coûtera quant à lui, 60 millions (20 millions par département), 10 millions sont réservés au volet de la communication.

Globalement, c'est un montant de 1millard 318 millions qui est positionné, avec 1 milliard, informe-t-on, qui relèverait de la participation de l'Etat et 318 millions venant des partenaires. Entre autre évaluation financière des besoins, la mobilisation des ressources se fera donc à travers une signature de convention avec le ministère de l'Education et le crowdfunding (Financement participatif), explique-t-on.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.