Sénégal: Cheikh Tidiane Dièye, coordonnateur d'Avenir Senegal Biñu Beug sur le travail parlementaire - «Les déficiences de l'assemblée nationale sont multiformes»

23 Novembre 2020

L'Assemblée nationale ne joue pas son rôle, ni en termes de conception de politiques publiques à travers des débats constructifs et efficaces, ni en termes d'évaluation. C'est la conviction du Coordonnateur de la plateforme "Avenir Senegaal Biñu Beug", Cheikh Tidiane Dièye qui, à l'émission Objection de la radio Sud Fm, a estimé que «les déficiences de l'Assemblée nationale sont multiformes».

L 'Assemblée nationale en a pris pour son grade à l'émission Objection de la radio privée Sud Fm hier, dimanche 22 novembre. L'invité du journaliste Baye Oumar Guèye a littéralement brocardé la deuxième institution du pays qui, à ses yeux, présente des déficiences «multiformes».

En effet, le Coordonnateur de la plateforme "Avenir Senegaal Biñu Beug", Cheikh Tidiane Dièye estime que «le diagnostic des Assises nationales est assez limpide sur l'inefficacité de l'assemblée nationale, sur le fait que l'Assemblée nationale ne joue pas son rôle, ni en termes de conception de politiques, de ce que veut le pays, ce que veulent les citoyens, parce que c'est ça son rôle en premier ressort, est-ce que le gouvernement du Sénégal est en train de prendre la bonne direction». Poursuivant sa diatribe contre l'Assemblée nationale, Cheikh Tidiane Dièye s'en est pris au mode d'élection des députés qui serait à l'origine de l'absence de débats «constructifs».

A son avis, «pour que les débats sur les politiques publiques soient des débats constructifs, efficaces, pertinents, il faudrait qu'il y ait des députés qui pourraient comprendre les enjeux, avoir de la technique, des compétences dans les domaines qui leur valent leur inclusion dans certaines commissions». Il a ainsi rejeté la faute sur la manière dont sont choisis les parlementaires, notamment des gens bien placés sur la liste par le chef de l'Etat, alors qu'ils n'ont aucune compétence. Il reste convaincu que l'hémicycle «n'évalue pas, elle ne discute pas les politiques publiques».

Sur le rapport de la commission d'information de l'Assemblée nationale concernant la gestion des inondations, M. Dieye trouve d'abord que l'importance d'un rapport ne se mesure pas simplement au fait qu'il ait été produit, mais plutôt par sa publication pour alimenter le débat public. Mieux, Cheikh Tidiane Dièye pense «qu'il faut l'attendre (le pouvoir) après en aval pour le challenger et lui dire est-ce que les recommandations qui ont été formulées ont été traduites en acte par l'exécutif».

Ainsi donc, rappelant les programmes du candidat Macky Sall en 2012, et ceux des autres candidats en 2019, il dira que tous avais mis l'accent sur la nécessité de réformer ou même de refonder l'Assemblée nationale.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.