Cameroun: Vie moins chère - Des « bayam-sellam » sur la piste

C'était lors d'une rencontre samedi entre une coopérative de vendeuses-productrices et des experts à Logbessou.

Des bayam-sellam pas comme les autres. En fait, dans la Coopérative agro-pastorale des femmes bayam-sellam (Cafbs), on pourrait même exclure la partie « bayam ». Parce que l'objectif de la promotrice Cécile Ngo Nyemb-Wisman et des membres du regroupement est de supprimer les intermédiaires de la chaîne qui va de la production à la commercialisation. Afin de lutter contre la vie chère. La démarche des femmes de la Cafbs est ainsi de produire et transformer ce qu'elles vont produire, afin de soustraire les consommateurs à la « dictature des prix des revendeurs à la chaîne. À la chaîne parce que la bayam-sellam qui ne produit pas vient acheter à vil prix et surtout double, voire triple le prix d'achat », estime-t-on dans l'association.

Pour réaliser donc son objectif de vie moins chère, et dans le souci de maîtriser l'organisation de ses activités, la coopérative a invité l'association « Révolution Verte » à son siège à Logbessou (arrondissement de Douala V), ce samedi 21 novembre 2020. Une réunion de concertation dans le cadre d'une optimisation de la chaîne de valeurs de la filière manioc. Mais surtout, souligne Claude René Kana, président de « Révolution Verte », « c'était une réunion d'évaluation des différents problèmes qu'elles rencontrent afin d'effectuer une descente dans leur unité de production de manioc. Elles n'avaient pas d'expertise pour mener à bien leurs opérations. » Les échanges ont donc porté sur comment sauver la production de 15 hectares de manioc de l'organisation agricole et se projeter sur les plus de 50 hectares dont la Cafbs est propriétaire à PK40-Mangoulè, dans l'arrondissement de Yabassi, département du Nkam.

Les membres de la coopérative ont ainsi pu échanger avec les experts sur différents aspects : production des semences, bonnes méthodes culturales, fabrication du matériel de transformation, sécurité alimentaire, commerce national et international, etc. Question de s'approprier les outils qui leur permettront de mieux produire, transformer, conserver, commercialiser et surtout être compétitifs tant sur le marché national qu'international, afin de lutter aussi contre les importations massives des produits agroalimentaires.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.