Sénégal: Les nouveaux damnés

23 Novembre 2020

La « Journée internationale de l'homme », c'était le 19 novembre dernier. Qui en connaissait l'existence ? La journée que l'on célèbre en fanfare, c'est celle des droits des femmes, le 8 mars. On y convoque le ban et l'arrière ban de la République pour leur dérouler le tapis rouge.

C'est « in », le 8 mars, de proclamer son amour pour les femmes. C'est normal, que serait le monde sans les femmes ?

La vie, apparemment, serait plus belle sans les hommes, enveloppés dans un mépris sournois, stigmatisés comme jamais et destinés à sortir de l'histoire par le petite porte. Que de joyeusetés pour caractériser aujourd'hui l'homme ! Et pas de répit, même le 19 novembre.

En 1999, lorsque le professeur Jérôme Teelucksingh, enseignant l'histoire des Caraïbes à Trinité-et-Tobago, a l'idée de mettre en avant, une journée par an, les problèmes spécifiques à la gent masculine, il ne pensait pas qu'elle s'étendrait aujourd'hui dans plus de 60 pays.

Le « sexe fort » a ses faiblesses. Et une petite attention, même du bout des lèvres, ferait un grand bien à ces nouveaux « damnés de la terre ».

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.