Sénégal: Poissons morts dans le marigot de Mbao - Abdou Karim Sall indexe le niveau de pollution

Tivaouane 24 nov (APS) - Un niveau élevé de pollution pourrait vraisemblablement avoir causé la mort de milliers de poissons découverts récemment dans le marigot de Mbao, dans la banlieue dakaroise, a révélé lundi à Tivaouane, le ministre de l'Environnement et du Développement durable Abdou Karim Sall.

"Il y a une dizaine de jours, les habitants de Mbao ont découvert des milliers de poissons morts dans le marigot. Un phénomène lié vraisemblablement au niveau de pollution de ce cours d'eau, objet de multiples agressions", a dit le ministre en charge de l'Environnement.

Il présidait le lancement d'une campagne de communication pour le changement de comportement, dans le cadre du Projet de gestion des déchets plastiques, des eaux usées et des déchets d'équipements électriques et électroniques dans les villes secondaires du Sénégal.

"Nous avons trouvé que le marigot était pollué (et que) le niveau de pollution est tel qu'il est extrêmement difficile pour que des espèces de poissons puissent y vivre", a-t-il rapporté.

Selon Abdou Karim Sall, l'équipe chargée de l'enquête a constaté des branchements clandestins de concessions débouchant sur le marigot.

"Le deuxième constat est qu'il a été noté une mortalité importante de mulets qui sont espèces pélagiques qui vivent généralement dans les eaux salées", a-t-il poursuivi.

"Les spécialistes sont unanimes sur le fait que ces espèces ne vivent pas dans des marigots", a-t-il encore relevé, avant de se demander : "comment ces mulets ont quitté la mer pour arriver dans un milieu aussi hostile et pollué que le marigot de Mbao".

Le ministre a assuré que les investigations se poursuivent, afin de déterminer de façon précise ce qui a causé la mort de ces pélagiques.

Il a insisté sur l'urgence de préserver le marais de Mbao des agressions liées au déversement d'eaux usées par les camions de vidange et les maisons riveraines.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.