Maroc: Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public

La publication de photos du rappeur et acteur égyptien Mohamed Ramadan en compagnie de célébrités israéliennes a suscité une vive polémique en Egypte, certains l'accusant de trahir la cause palestinienne et d'encourager la normalisation des relations avec l'Etat hébreu.

Deux clichés non datés, publiés samedi soir sur les réseaux sociaux en arabe du gouvernement israélien, montrent Mohamed Ramadan à Dubaï aux côtés du chanteur Omer Adam et du footballeur Dia Saba, tous deux de nationalité israélienne. L'Egyptien de 32 ans doit sa renommée dans le monde arabe à la musique --notamment en collaboration avec le Marocain Saad Lamjarred et le Congolais Gims-- ainsi qu'à ses rôles en tête d'affiche de gros

succès à la télévision et au cinéma égyptiens. "L'art nous rassemble toujours", souligne la légende d'une des photos, sur laquelle figurent Ramadan et Adam avec l'influenceur émirati Hamad al-Mazroui. Ces quelques mots sont suivis des drapeaux destrois pays. Sur le second cliché, le chanteur pose avec le footballeur israélien. L'Egyptien est désormais accusé par de nombreux internautes de participer à une opération de communication des Emirats arabes unis et de l'Etat hébreu, qui ont signé en septembre un accord de normalisation de leurs relations. Le chanteur s'est défendu sur son compte Facebook: "Je ne peux pas demander à chacun son identité, sa nationalité", a-t-il indiqué, accusant certains d'essayer "pour la millième fois d'arrêter (son) "succès",sans vraimentse soucier de "la cause palestinienne".

Un appel au boycott a fait de "#Mohamed_Ramadan" l'un des mots-dièse (Hashtag) les plus utilisés sur Twitter Egypte depuis samedi. "Rien d'autre que l'art ne vousréunit, en effet (...) Ni la religion, ni l'arabité, ni l'humanité, ni la terre, ni l'histoire ne pourraient jamais nous rassembler", fulmine une utilisatrice sur Facebook. "N'oubliez pas de l'inviter à chanter des chansons nationalistes le 6 octobre #boycott_Mohamed_Ramadan", tweete quelqu'un faisant allusion à la commémoration du début de la guerre de Kippour (1973) entre l'Egypte et Israël. Face la polémique, le directeur du syndicat des comédiens Achraf Zaki veut convoquer prochainement l'artiste qui a insisté sur le fait que les photos avaient été prises "dans un pays arabe".

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.