Sénégal: Importation de sucre - Le ministère du Commerce dément les allégations de la CSS

24 Novembre 2020

La polémique portant sur le sucre importé a poussé le ministère du Commerce et des Pme à apporter, à travers un communiqué, des éclairages.

Samedi dernier, des travailleurs de la Compagnie sucrière sénégalaise (Css) ont organisé une marche de protestation dans les rues de Richard-Toll, lieu d'implantation de l'usine, pour demander l'arrêt de la délivrance des Déclarations d'importation de produits alimentaires (Dipa) et l'importation du sucre. «

Aujourd'hui, plus de 150 000 tonnes de sucre importées inondent le marché ; ce qui fait perdre à la Css son chiffre d'affaires et menace les emplois pour les 8500 travailleurs et les 150 000 familles du Walo », avait notamment déclaré le secrétaire général de la section Cnts de la Css, Amary Diouf.

Le Directeur des ressources humaines de la boîte, Louis Lamotte, d'ajouter que « l'usine dispose d'un stock invendu de 30 000 tonnes à cause de l'inondation du marché sénégalais par le sucre importé de manière illégale ».

Ces déclarations, le ministère du Commerce et des Pme ne semble pas les partager. Chiffres à l'appui, les services d'Aminata Assome Diatta ont tout battu en brèche dans un communiqué. « Pour l'année 2020, le gap sur le sucre a été estimé à 40 000 tonnes par la Css par lettre qu'elle nous a adressée le 27 mai 2020.

Dans ce même courrier, la Css nous indique qu'à la date du 31 mai 2020, veille de la fin de sa campagne de production, elle disposerait d'un stock de 43 000 tonnes qui permettrait, sur la base des volumes de vente, de couvrir les besoins du marché pour deux mois (juin et juillet 2020) », lit-on dans la note.

Et le ministère de se poser cette question : « Si 43 000 tonnes devraient couvrir deux mois de consommation, alors comment expliquer que 40 000 tonnes soient suffisantes pour combler un besoin de trois mois ? »

Étant donné que les prévisions de consommation mensuelle du sucre sont estimées à 18 000 tonnes, le ministère du Commerce dit avoir décidé de retenir un quota de 60 000 tonnes. Ce, afin de veiller à l'approvisionnement correct du marché.

Selon le document, le ministre aurait rappelé, au cours d'une réunion tenue le 26 octobre dernier avec le directeur des Ressources humaines de la Css, que ce quota de 60 000 tonnes ne peut, à lui seul, expliquer une suroffre de sucre sur le marché.

Sur ces entrefaites, Aminata Assome Diatta a instruit le directeur du Commerce intérieur de mener une enquête. Celle-ci a révélé une présence de sucre dans un entrepôt agréé par les Douanes sénégalaises.

« Il ressort des documents fournis par le détenteur qu'une partie de ce sucre est destinée au marché sous-régional et l'autre partie au marché national sur la base de Dipa régulièrement délivrées », précise le communiqué.

Entre janvier et octobre 2020, un volume global de 173 000 tonnes de sucre cristallisé a été importé, d'après le communiqué.

Les 107 000 tonnes sont allées aux industriels comme intrant et font l'objet de Dipa. Quant au reste, à savoir 66 000 tonnes, il a été mis à la consommation directe, réparti entre les importateurs dont la Css.

Toujours est-il que le ministère dit avoir décidé de rendre effective la dématérialisation de la Dipa « pour mettre fin à cette situation récurrente », non sans réitérer sa disponibilité au dialogue et à la concertation avec tous les acteurs de la filière afin d'atteindre l'autosuffisance dans les meilleurs délais. Il a même proposé la tenue des assises sur le sucre dans les prochaines semaines.

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.