Afrique: CAF/Sanctionne par la chambre de jugement du comité d'ethique indépendant - Le président Ahmad hors course !

24 Novembre 2020

Redoutée depuis quelques jours, la sentence de la Commission d'Éthique indépendante de la FIFA, s'est finie abattue sur le président de la Confédération africaine de football (CAF). Ahmad Ahmad a été suspendu hier, lundi 23 novembre, de toute activité relative au football (administrative, sportive et autre) aux niveaux national et international pour une durée de 5 ans. Ce qui, du coup, le disqualifie de la course à sa propre succession mais dégage, en même temps, la voie à Me Augustin Senghor et les trois autres candidats déclarés.

Ahmad Ahmad, ne sera plus candidat à sa propre succession lors de l'élection présidentielle programmée le 12 mars 2021, à Rabat. Le président de la Confédération africaine de football (CAF), a été finalement sanctionné par la Commission d'Éthique indépendante de la FIFA, de toute activité relative au football (administrative, sportive et autre) aux niveaux national et international pour une durée de 5 ans. Le désormais ex-patron du football continental a été reconnu coupable «d'avoir enfreint les articles. 15 (Devoir de loyauté), 20 (Acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages) et 25 (Abus de pouvoir) de l'édition 2020 du Code d'éthique de la FIFA, ainsi que l'art. 28 (Détournement de fonds) de son édition 2018.»

L'enquête menée à l'encontre du dirigeant malgache porte sur «diverses questions liées à la gouvernance de la CAF, dont l'organisation et le financement d'un pèlerinage à La Mecque (Oumra), ses accointances avec l'entreprise d'équipement sportif Tactical Steel et d'autres activités.» Dans sa décision, qui a fait suite à une longue audition, la chambre de jugement de la Commission d'Éthique a établi, sur la base des informations recueillies par la chambre d'instruction, que le successeur de Issa Hayatou en 2017 Ahmad avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d'autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF. «Dans sa décision, qui a fait suite à une longue audition, la chambre de jugement de la Commission d'Éthique a établi, sur la base des informations recueillies par la chambre d'instruction, que M. Ahmad avait manqué à son devoir de loyauté, accordé des cadeaux et d'autres avantages, géré des fonds de manière inappropriée et abusé de sa fonction de président de la CAF», indique le communiqué de la Fifa.

DISQUALIFICATION À L'ÉLECTION DE LA CAF

Cette sanction assortie d'une amende de 185 000 euros, entraine de facto l'exclusion dupas briguer sa propre succession lors du dirigeant malgache de l'élection présidentielle programmée le 12 mars 2021 Cela signifie que le Malgache, élu en mars 2017, ne pourra pas briguer sa propre succession lors de l'élection présidentielle programmée le 12 mars 2021. Actuellement en convalescence suite au test positif au Coronavirus, la Caf dans un communiqué envoyé hier, lundi 23 novembre, a décidé de prolonger de quelques mois le Congolais Constant Omari comme président par intérim de l'instance africaine.

LA VOIE DÉGAGÉE POUR ME SENGHOR ET LES CANDIDATS

Le retrait du président Ahmad Ahmad laisse aujourd'hui la voie à quatre candidats déclarés, notamment l'ivoirien Jacques Anouma, le Sud-Africain Patrice Motsepe, le Mauritanien Ahmed Yahya, Me Augustin Senghor du Sénégal. Le patron du football sénégalais est aujourd'hui considéré comme le favori pour la succession du président sortant voir d'un plan B au cas où sa candidature serait disqualifiée par la Commission d'éthique de la FIFA.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.