Cameroun: Sécurité dans l'Adamaoua - Le BIR assure aux frontières

Le coordonnateur général du Bataillon d'intervention rapide, le colonel François Péléné, a inauguré une base à Gbatoua-Godolé dans l'arrondissement de Meiganga en présence des autorités locales le 10 novembre dernier.

C'est pour élargir ses actions de défense et de sécurité du territoire que le Bataillon d'intervention rapide (BIR) a installé ses quartiers à Gbatoua-Godolé dans l'arrondissement de Meiganga, région de l'Adamaoua depuis le 10 novembre dernier. Pour être plus précis, cette base se trouve à la frontière entre le Cameroun de la République centrafricaine (RCA). Ce qui porte désormais à onze le nombre de secteurs opérationnels dans la région château d'eau du Cameroun. Il s'agit de trois secteurs opérationnels le long des frontières avec la RCA notamment Ngaoui, Yarbang et Gbatoua-Godolé. Cette présence a non seulement pour objectif de sécuriser les frontières, mais aussi de veiller à la protection de la population.

Pour les responsables des forces de défense, l'installation de cette nouvelle base est une manière d'anticiper sur les nouvelles stratégies sécuritaires à mettre en place. Une riposte qui va réduire l'incursion des rebelles sur le territoire camerounais dans leur soif de prises d'otages. « Le concept armée et nation doit être fort dans la région de l'Adamaoua » a rappelé le colonel François Péléné, Coordonateur général du BIR à l'inauguration de cette base qui s'est déroulée en présence du sous-préfet de Meiganga, Max Mbella Edjenguélé et du Commandant du 5e BIR de l'Adamaoua, le colonel Touang Djakjinkréo Gabriel.

Construite sur une superficie de 3600 m2, la base de Gbatoua-Godolé est dotée d'une autonomie en eau et énergie avec une capacité de 80 lits, une salle de réunion et une salle équipée de matériel de dernière génération. Cette composante des forces de défense et de sécurité s'est également dotée de véhicules 4x4. Du matériel roulant qui va permettre aux éléments du BIR d'effectuer en permanence la routine opérationnelle en vue de sécuriser cet espace géographique. Ainsi, grâce aux patrouilles, escortes et mobilisations, il sera plus facile de sillonner la zone qui a été à un moment donné, le théâtre des prises d'otages, de vols de bétail et le repaire des coupeurs de route. Il faut tout de même relever que la présence du BIR le long de cette frontière avec la RCA a permis d'interpeller les malfrats et de les mettre à la disposition de la gendarmerie avec, à la clé, plusieurs armes de guerre récupérées. Ceci pour le bonheur de la population de l'Adamaoua qui salue cet autre acte du chef de l'Etat, Paul Biya, chef des Forces armées.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.