Sénégal: Jeux olympiques Tokyo 2021 - L'Acnoa rehausse la bourse olympique des athlètes africains

24 Novembre 2020

Pour maximiser les chances de participation aux prochaines JO 2021, l'association des comités nationaux olympiques (ACNOA) a décidé de revoir à la hausse le montant de la bourse olympique des athlètes africains. Selon Seydina Omar Diagne, membre de la commission en charge de la préparation de l'ensemble des athlètes de cette organisation, l'enveloppe a été portée à 1 milliard de FCfa. Selon le secrétaire général du CNOSS, l'objectif pour sport africain est d'accroître la moisson des 47 médailles des Jo de Rio en les portant à 55 médailles.

En vue d'accroitre les chances de qualification et une meilleure participation aux prochains Jeux olympiques de Tokyo 2021, l'ACNOA a accru le montant de la bourse olympique qui est allouée aux athlètes africains. Seydina Omar Diagne membre de la commission charge de la préparation de l'ensemble des athlètes de cette organisation, a indiqué que cette décision devrait aider au mieux la préparation des athlètes mais aussi d'augmenter le nombre de médailles au niveau des JO. "Nous allons augmenter le montant total qui était de 1 million de dollars (650 millions de Fcfa).

A partir de 2021, le montant va aller à 1 milliard de FCfa. Aujourd'hui 52 athlètes africains bénéficient de cette bourse et ils viennent de la boxe, de l'haltérophile, de la natation etc. C'est pour permettre aux athlètes de mieux se préparer et nous permettre d'augmenter le nombre de médailles au niveau des JO", souligne-t-il.

"L'OBJECTIF EN 2021 EST D'ENGRANGER 55 MÉDAILLES POUR L'AFRIQUE"

En direction des JO, l'Afrique a ainsi haussé ses ambitions en tablant sur un total de 55 médailles. "Pour les JO de Rio 2016, l'Afrique était à 47 médaillés. L'objectif en 2021 est d'engranger 55 médailles pour l'Afrique. Ce qui est possible. Parce que le problème que nous rencontrions est que les bourses qui sont distribuées à nos athlètes ne suffisaient pas. Les athlètes de haut niveau avec 4000 dollars pour 3 et 4 mois ne suffisent pas", précise-t-il. Devant l'insuffisance des moyens, Seydina Omar Diagne, par ailleurs secrétaire général du CNOSS, exhorte les gouvernements à apporter leur contribution pour assurer de meilleure prestation aux JO. "Nous profitons de l'occasion pour lancer un appel à l'ensemble des autorités africaines, surtout les gouvernements. Qu'ils sachent qu'ils doivent contribuer à la préparation des athlètes de haut niveau. Ils doivent donner des bourses aux athlètes africains qui flirtent avec le bon niveau. Ils doivent bénéficier du soutien de leurs États. Il n'y a que cela qui nous permettra demain de pouvoir entendre nos hymnes nationales". Le secrétaire général du CNOSS n'a pas manqué de jeter un œil critique sur l'exode des athlètes. De son point de vue, la bourse dont bénéficient les athlètes ne garantit pas toujours la progression mais aussi de bonnes conditions de performances des sportifs. "Que les athlètes sachent qu'il y a des ressources humaines en Afrique. Les conditions sont réunies pour réussir et d'arriver à un niveau mondial. Mais vouloir partir, aller en France, aux États-Unis en ayant que la bourse olympique ne permet pas à l'athlète de pouvoir progresser. La bourse olympique ne suffit plus. Cette bourse qui est de 4000 dollars (2, 2 millions Fcfa) si on le divise par 4, il aura 600 mille FCfa. Avec les dépenses, les athlètes ne peuvent pas s'entraîner comme il le faut et sont obligés d'aller travailler. Ce ne sont pas de bonnes conditions se performances", soutient-il

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.