Kenya: Un élan solidaire pour augmenter le couvert forestier de 10 pc en deux ans

Nairobi — Au Kenya, pas moins de 20 ministères et agences du gouvernement et 14 entités du secteur privé se sont joints à l'effort national visant l'augmentation du couvert forestier de 10 pc en deux ans.

Pour mettre en oeuvre cette stratégie ambitieuse, ces partenaires ont adopté un cadre de travail «Adopt a Forest Framework» qui vise à leur faciliter le travail et à coordonner leurs taches.

"L'augmentation de 10% de couvert forestier, la restauration et la réhabilitation des forêts dégradées nécessitent une coopération et une collaboration fortes entre le Service forestier kényan (KFS) et d'autres partenaires, c'est une responsabilité collective", a souligné, à ce propos, M. Julius Kamau, conservateur en chef des forêts, mettant l'accent sur la nécessité pour tous les partenaires de travailler dans un cadre institutionnel

"Un tel cadre permet aux partenaires d'adopter une zone forestière dégradée, de planter et d'entretenir des arbres pendant au moins 3 ans. Jusqu'à présent, 20 ministères, départements et agences du gouvernement et 14 entités du secteur privé ont conclu ce cadre avec le KFS", a-t-il expliqué, appelant d'autres partenaires à se joindre à cet effort national.

Cette déclaration intervient un jour après que le KFS ait accueilli les forces de défense kényanes (KDF) dans le cadre du programme des "soldats de l'environnement" pour une activité de plantation d'arbres à la station forestière de Kinale où un total de 25.000 plants d'arbres ont été plantés.

L'exercice de plantation a également impliqué les communautés voisines de la forêt de Kinale qui, par l'intermédiaire de l'Association des forêts communautaires de Kinale (CFA), ont soutenu les efforts du Service en matière de conservation, de gestion et de protection des forêts.

Grâce à l'exercice de plantation, plus de 25 ha de terres forestières dégradées ont été réhabilités.

Le programme "soldats de l'environnement" qui a débuté en 2018 a vu les forces de défense kényanes planter des arbres dans diverses forêts du pays, notamment la forêt de Kibiku et à la station forestière de Ngong Hills dans le comté de Kajiado, entre autres.

Les KDF complètent les efforts du KFS dans la réhabilitation et la restauration des forêts dégradées à travers le pays. En outre, le programme "soldats de l'environnement" a également permis aux Forces de consacrer une partie de leur vaste territoire au reboisement en faisant pousser des arbres dans des camps militaires tels que Modika (comté de Garissa) et le camp de Wajir.

Le Kenya, où les forêts contribuent énormément au développement économique et aux moyens de subsistance du pays, continue de perdre chaque année 12.000 hectares de cette richesse naturelle à cause de la déforestation, avait déploré récemment le secrétaire général du ministère de l'Environnement et des Forêts, Chris Kiptoo.

"Les forêts soutiennent divers secteurs économiques, notamment l'agriculture, l'horticulture, le tourisme, la faune et l'énergie. Notre pays continue malheureusement de perdre environ 12.000 hectares de forêts chaque année à cause de la déforestation, une situation qui a pour conséquence la diminution rapide de 12 pc de la superficie des terres initialement couverts par les forêts à couvert fermé", a souligné le responsable.

Pour remédier à cette situation alarmante, le Kenya s'est fixé un objectif national de 10 pour cent de couvert forestier dans le cadre de la Vision 2030, la Stratégie nationale de réponse aux changements climatiques et la Contribution déterminée au niveau national.

"Un certain nombre d'interventions sont en place pour atteindre le couvert forestier de 10 pour cent, dont la Stratégie nationale sur le couvert forestier qui ambitionne la plantation de 1,8 milliard d'arbres d'ici 2022 pour atteindre le couvert arboré visé. En outre, la stratégie garantira la conservation des ressources naturelles pour la protection de l'environnement et une croissance économique accrue", a expliqué M. Kiptoo.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.