Afrique: Allocution liminaire du Directeur général de l'OMS lors du point presse sur la Covid-19 - 23 novembre 2020

Il y a maintenant un réel espoir que les vaccins - en association avec d'autres mesures de santé publique éprouvées - contribuent à mettre fin à la pandémie.

Le sentiment d'urgence qui a présidé à la mise au point des vaccins doit également prévaloir pour leur distribution équitable.

L'Accélérateur ACT ne pourra tenir ses promesses que moyennant un changement radical des modes de financement et de la démarche adoptée. Il faut 4,3 milliards de dollars des États-Unis immédiatement pour soutenir l'achat et la livraison à grande échelle de vaccins, de tests et de traitements. Nous aurons besoin de 23,8 milliards de dollars supplémentaires l'an prochain.

Ce n'est pas une question de charité, mais bien le moyen le plus rapide et le plus judicieux pour mettre fin à la pandémie et stimuler la reprise économique mondiale.

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir.

Les dernières nouvelles positives concernant les essais de vaccins nous permettent d'apercevoir la lumière au bout de ce long tunnel sombre.

Il y a maintenant un réel espoir que les vaccins - en association avec d'autres mesures de santé publique éprouvées - contribuent à mettre fin à la pandémie.

On ne saurait surestimer l'importance de cette prouesse scientifique.

Jamais vaccin n'avait été mis au point aussi rapidement que ceux-ci. La communauté scientifique a établi une nouvelle norme pour le développement de vaccins.

Il incombe désormais à la communauté internationale d'établir une nouvelle norme en matière d'accès.

Le sentiment d'urgence qui a présidé à la mise au point des vaccins doit également prévaloir pour leur distribution équitable.

Chaque gouvernement veut, à juste titre, tout mettre en œuvre pour protéger sa population.

Or, le risque est aujourd'hui réel de voir les plus démunis et les plus vulnérables piétinés dans la ruée vers les vaccins.

C'est pourquoi, en avril, avec le soutien de nombreux partenaires, l'OMS a créé le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19.

L'Accélérateur ACT apporte un soutien à l'effort mondial le plus rapide, le plus coordonné et le plus fructueux de l'histoire en vue de développer des vaccins, des produits diagnostiques et des traitements.

Plus de 50 tests de diagnostic sont en cours d'évaluation et de nouveaux tests antigéniques rapides sont mis à la disposition des pays à revenu faible ou intermédiaire.

Des traitements à la dexaméthasone susceptibles de sauver des vies sont en cours de déploiement et de nouveaux médicaments, y compris des anticorps monoclonaux, sont à l'essai.

De plus, 187 pays participent maintenant au Mécanisme COVAX dans une optique de collaboration pour les achats et le déploiement des vaccins, en garantissant à tous les pays les prix, les volumes et les échéances qui soient les meilleurs possible.

Fait important, le Mécanisme COVAX analyse également les systèmes de livraison de vaccins et d'autres outils de lutte contre la COVID-19, qui ont été cartographiés dans quatre régions, et leur apporte un soutien.

En outre, nous déployons d'autres outils, à l'image du nouveau cours en réalité augmentée de l'Académie de l'OMS destiné aux agents de santé sur la bonne utilisation des équipements de protection individuelle.

Cependant, l'Accélérateur ACT ne pourra tenir ses promesses que moyennant un changement radical des modes de financement et de la démarche adoptée.

Il faut 4,3 milliards de dollars des États-Unis immédiatement pour soutenir l'achat et la livraison à grande échelle de vaccins, de tests et de traitements. Nous aurons besoin de 23,8 milliards de dollars supplémentaires l'an prochain.

Ce n'est pas une question de charité, mais bien le moyen le plus rapide et le plus judicieux pour mettre fin à la pandémie et stimuler la reprise économique mondiale.

Le Fonds monétaire international estime que si des solutions médicales peuvent être mises à disposition plus rapidement et plus largement, cela pourrait entraîner une hausse cumulée des revenus mondiaux de près de 9 000 milliards d'USD d'ici la fin de 2025.

La véritable question n'est pas tant de savoir si le monde peut se permettre de mettre en commun les vaccins et les autres outils, mais bien s'il peut se permettre de ne pas le faire.

Lors du Sommet des dirigeants du G20 qui s'est tenu samedi, on ne pouvait qu'être encouragés d'entendre les dirigeants mondiaux exprimer leur soutien à l'OMS et leur engagement à l'égard de l'Accélérateur ACT. Nous vous en remercions.

En septembre, l'OMS a mis sur pied un Conseil de facilitation de l'Accélérateur ACT chargé de tirer parti d'un engagement politique de haut niveau pour confier aux personnes qui en ont le plus besoin les outils nécessaires pour vaincre la COVID-19.

Aujourd'hui, nous avons l'honneur de pouvoir compter sur la présence des deux coprésidents du Conseil de facilitation de l'Accélérateur ACT : M. Dag-Inge Ulstein, Ministre norvégien du développement international, et le Dr Zweli Mkhize, Ministre de la santé de l'Afrique du Sud.

M. Ulstein, bienvenue et vous avez la parole. Takk skal du ha.

[M. DAG-INGE ULSTEIN FAIT QUELQUES BRÈVES OBSERVATIONS.]

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, de votre soutien et de votre engagement.

J'ai maintenant l'honneur de vous présenter le Dr Zweli Mkhize, Ministre de la Santé de l'Afrique du Sud. Monsieur le Ministre, je vous souhaite la bienvenue et vous avez la parole.

[LE DR ZWELI MKHIZE FAIT QUELQUES BRÈVES OBSERVATIONS.]

Je vous remercie, Monsieur le Ministre, de votre soutien et de votre engagement. Je me réjouis de travailler avec vous deux en cette période critique afin que soit tenue la promesse de l'Accélérateur ACT.

Encore une fois, merci beaucoup.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.