Togo: Boukpessi interdit la marche pour 3 raisons !

24 Novembre 2020

Marcher dans 13 Communes du Grand Lomé (Golfe et Agoènyivé) le 28 Novembre prochain, ce sont là les projections des sept partis politiques de la Dynamique Monseigneur Kpodzro dont les leaders étaient face à la presse hier Lundi.

Dans une lettre réponse à celle de la DMK, le ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des territoires, Payadowa Boukpessi, comme on pouvait s'y attendre oppose une fin de non-recevoir à un tel projet qui d'après les initiateurs devrait permettre de réclamer le rétablissement de la vérité des urnes pour l'échéance électorale du 22 février 2020, l'arrêt des poursuites judiciaires contre le « président démocratiquement élu du Togo » (Agbéyomé Kodjo), l'arrêt de l'acharnement judiciaire contre les journalistes...

Et pour motiver cette interdiction, il formule plusieurs éléments dont une non prise en compte des dispositions prévues par la nouvelle loi sur les manifestations publiques au Togo.

Le membre du gouvernement reproche aux responsables de ce regroupement politique, le choix de plusieurs itinéraires pour une telle manifestation, chose que la nouvelle loi n'autorise pas.

« En effet, l'article 9-1nouveau de la loi N°2019-010 du 12 août 2019 modifiant la loi N°2011-010 du 16 mai fixant les conditions d'exercices de la liberté de réunion et de manifestations publiques et pacifiques dispose que dans le cadre des réunions ou manifestations pacifiques publiques, l'itinéraire comporte un seul point de départ, un seul tronçon de route et un seul point de chute.

Or dans le cadre de votre marche vous avez retenu pour le même objet et même jour, quatre points de départ et quatre tronçons différents, au mépris des dispositions légales », indiquait le ministre Boukpessi dans son courrier réponse.

Aussi, il révèle que les certains axes ou zones du pays sont interdits de manifestation. Et entre autres il a cité Déckon que la DMK a choisi comme point de chute de sa marche.

En tout cas, les prétextes du ministre Boukpessi pour interdire cette marche ne sauraient finir sans que le Coronavirus ne soit mis en avant. Une marche à en croire Boukpessi ne saurait respecter les mesures barrières éditées dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19.

Prévisible comme réaction d'un membre du gouvernement togolais dira un des organisateurs de cette manifestation.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.