Cameroun: Migrations clandestines - Le risque inutile

Une trentaine d'élèves édifiés sur les dangers liés au goût de l'aventure, le 20 novembre dernier à Yaoundé.

« J'ai failli perdre mon œil gauche à force d'être torturé en Libye. Chacune de mes cicatrices me rappelle les coups de fouet que je recevais à chaque fois que j'essayais de m'enfuir de ces cellules semblables à des cages pour chiens ». C'est le témoignage d'un ancien migrant qu'ont suivi les élèves des classes de seconde et première d'un collège de Yaoundé, le 20 novembre dernier à Yaoundé. A travers un documentaire de 52 minutes, réalisé par l'Ong Solutions aux migrations clandestines (Smic), ceux qui seraient tentés d'emprunter plus tard la route de l'aventure en toute irrégularité ont suivi avec attention le récit d'anciens migrants dont le rêve d'une vie meilleure est tombé à l'eau. « Après avoir écouté les témoignages glaçants de nos aînés à la télé, c'est mieux de se débrouiller à s'en sortir au pays ou alors de voyager avec des papiers conformes pour l'étranger », confie Flaura N, élève en classe de Seconde A espagnol.

C'est dans le cadre de la 2e édition du forum culturel sur la migration au Cameroun que cette campagne nationale de sensibilisation a tenu à présenter aux élèves et étudiants les opportunités d'insertion socioprofessionnelle au Cameroun. Organisé par le Smic avec le soutien financier de la Délégation de l'Union européenne au Cameroun, l'événement a permis aux potentiels migrants de 15 à 40 ans, de prendre conscience au travers des causeries éducatives, des dangers de la migration non contrôlée et des opportunités d'affaires locales. D'où le message de la campagne : « Zéro glissement irrégulier. Je voyage Réglo ou je trouve ma part au Kamer ». « La migration irrégulière est un fléau contre lequel l'Union européenne est très engagés. L'objectif de ce partenariat est de démontrer à la jeunesse locale qu'on peut être heureux au Cameroun sans avoir à prendre autant de risques », affirme Sébastien Bergeon, chargé d'affaires à la Délégation de l'Union européenne au Cameroun.

Plusieurs thèmes ont meublé les échanges entre jeunes, société civile, acteurs publics et privés du 19 au 20 novembre dernier à Yaoundé. Entre autres thématiques développées, les enjeux et défis d'une mobilité estudiantine Intra-africaine, l'état des lieux et perspectives de la migration professionnelle des Camerounais vers l'étranger, tout comme les défis liés à l'insertion et à la réintégration des anciens migrants. Au terme des différents exposés, l'agriculture s'est présentée comme une alternative à la migration irrégulière.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.