Congo-Brazzaville: Les partis se concertent en vue de la présidentielle de 2021

Après un référendum mouvementé en 2015 et une présidentielle marquée par la contestation et des violences en 2016, les acteurs politiques congolais ont décidé d'accorder leurs violons avant le scrutin présidentiel de 2021. Des concertations se tiennent donc jusqu'au vendredi 27 novembre à Madingou, dans le sud du pays.

Les partis politiques ont été invités à cette concertation en tenant compte de leur poids électoral. C'est ainsi que le Parti congolais du travail (PCT), principale formation de la majorité, se taille la part du lion avec quinze représentants.

Le PCT est suivi de très loin par l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), première force de l'opposition. L'Upads a officiellement quatre places.

Les autres partis se contentent de la portion congrue. Les délégués de la Commission électorale, ceux de la société civile, prennent également part à cette concertation qui n'est pas la première du genre.

Le bulletin unique expérimenté lors de la présidentielle de 2016 était un acquis d'une concertation tenue bien avant.

L'opposition demande la refonte du fichier électoral et l'introduction de la biométrie

À Madingou, l'opposition tient à obtenir la gouvernance électorale qui passe par la refonte du fichier électoral et l'introduction de la biométrie.

« Nous ne sortirons pas de Madingou les mains vides. Elles ne seront pas pleines non plus », a déclaré l'opposant Jean-Jacques Yhombi Opango.

Avant la rencontre de Madingou, plusieurs participants ont échangé avec Francois Lounceny Fall, représentant du secrétaire général de l'ONU en Afrique centrale qui était en séjour au Congo.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.