Burkina Faso: Nuits atypiques de Koudougou - A la recherche d'une nouvelle orientation

24 Novembre 2020

L'ouverture officielle de la 25e édition des Nuits atypiques de Koudougou (NAK) est intervenue, le lundi 23 novembre 2020 en présence de personnalités.

A travers la thématique, « NAK : 25 ans d'existence, enjeux et perspectives » les organisateurs marquent une halte pour évaluer les acquis et réfléchir à la nouvelle orientation du festival.

La ville de Koudougou connaît un bouillonnement particulier avec l'arrivée des festivaliers venus pour prendre part à la 25e édition des Nuits atypiques de Koudougou (NAK) qui se tient sur le thème : « NAK : 25 ans d'existence, enjeux et perspectives ».

La cérémonie marquant l'ouverture officielle des festivités a eu lieu, le lundi 23 novembre 2020, sur le site de la manifestation au secteur n°10 de Koudougou en présence de nombreuses personnalités dont l'ancien Premier ministre, Beyon Luc Adolphe Tiao.

A l'occasion, le promoteur des NAK, Koudbi Koala est revenu sur les débuts du festival. « Débuté en 1996 comme un conte de fée dans la surprise et l'inquiétude de bien de personnes à l'annonce de la 1ère édition du 11 au 17 décembre, les NAK ont fait un parcours qui leur a permis d'être reconnues "Festival international de danses et de musiques au Burkina Faso" » a-t-il fait savoir.

Pendant 25 ans, a poursuivi M. Koala, les organisateurs se sont investis pour la tenue régulière des NAK, son professionnalisme et sa pérennisation sans jamais reculer face aux difficultés de tous ordres. Concernant la particularité des NAK 2020, Koudbi Koala, a évoqué la tenue d'un colloque qui va réfléchir à l'avenir du festival et à la nouvelle orientation.

« Après un quart de siècle, nous avons décidé de faire une halte pour chercher et surtout trouver la nouvelle orientation à imprimer au festival pour lui permettre de continuer son cheminement et de répondre à son rôle d'animation et de pôle de développement » a précisé le promoteur des NAK.

Il s'agira de poser un diagnostic général de la vie du festival de 1996 à 2020 à travers les rencontres professionnelles et les débats sur la thématique.

Mais, d'ores et déjà, Koudbi Koala a souligné la nécessité de la mise en valeur du site attribué aux NAK par la mairie de Koudougou. « Nous lançons un appel à toutes les bonnes volontés afin que nous puissions édifier ce joyau qui va désormais abriter le festival.

Les besoins tournent autour d'un milliard et ce n'est pas demain que les NAK, à elles seules pourront combler ce besoin de financement », a-t-il indiqué. Il a exprimé sa gratitude au Mogho Naaba, pour avoir accepté de parrainer ce jubilé d'argent des Nuits atypiques de Koudougou.

Son représentant, le Ouidi Naaba, a prononcé des mots de bénédiction à l'endroit du promoteur et demandé aux mânes des ancêtres de veiller sur les festivaliers venus de divers horizons.

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, patron de la cérémonie a été représenté par le conseiller technique de la gouverneure du Centre-Ouest, en charge de la jeunesse, Boubié Ido.

Il s'est dit honoré d'être associé à un événement d'envergure internationale d'initiative privée. Sur la question des financements pour la construction d'infrastructures d'accueil sur le nouveau site, Abdoul Karim Sango par la voix de son représentant, s'est montré préoccupé : « Nous ne ménagerons aucun effort pour rechercher des partenariats allant dans ce sens et faire des recommandations pour appuyer les différents dossiers des organisateurs pour la recherche de fonds ».

Quant au 2e adjoint au maire de Koudougou, Norbert Nana, il a souhaité un bon séjour à tous les festivaliers dans la cité du Cavalier rouge.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.