Maroc: Le pays réitère son attachement aux principes de la Convention sur les mines antipersonnel

De 1975 à aujourd'hui, 2692 victimes des mines posées de manière anarchique par les séparatistes dans nos provinces du Sud sont à déplorer

Le Maroc a réitéré à Genève son attachement aux principes fondamentaux humanitaires de la Convention sur les mines antipersonnel "qui relève d'un engagement stratégique, depuis les premières phases de sa négociation, jusqu'à son adoption, et aujourd'hui encore". "Partant de cette conscience responsable, le Royaume du Maroc participe activement, aussi bien par ses Forces Armées Royales, qu'avec les experts de différents départements et la société civile, à toutes les réunions de la Convention, respecte sans relâche ses fondements et principes humanitaires et contribue de manière volontaire à son renforcement à travers la soumission volontaire du Rapport national de transparence, en vertu de son article 7", a affirmé l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations unies à Genève, Omar Zniber qui s'exprimait au titre du débat général de la 18ème réunion des Etats parties à la Convention sur les mines antipersonnel, tenue dans le courant de la semaine dernière à Genève.

"C'est en ce sens que l'adhésion à la Convention d'Ottawa demeure une priorité nationale, qui sera honorée aussitôt le différent régional artificiel sur le Sahara marocain, dûment résolu", a-t-il poursuivi. Il a mis en avant dans ce sens les efforts entrepris par les autorités marocaines, conformément aux engagements internationaux, depuis 1975 et dans le cadre de l'accord signé avec la MINURSO en 1999, relatif à l'échange d'informations, au marquage des zones de mines, au déminage et à la destruction des mines. Omar Zniber a indiqué que 13 modules de déminage sont déployés sur le terrain en permanence. Entre janvier 2014 et septembre 2020, seulement, 377 détachements de déminage ont été déployés, tandis que 964 interventions d'urgence ont été réalisées au cours de cette même période.

L'ensemble de ces opérations ont permis d'éliminer la menace sur une superficie de 5763,88 km², en découvrant et neutralisant 96.758 mines terrestres dont 49.336 mines antipersonnel et 21.035 restes explosifs de guerre, a-t-il poursuivi. Il a rappelé, en outre, que le Royaume réalise des campagnes de sensibilisation multiples sur les risques des mines et restes explosifs de guerre, au niveau des provinces du Sud du Royaume, grâce aux bureaux régionaux des départements concernés, dans les trois régions du Sahara marocain, en coopération avec le Croissant-Rouge marocain et le Comité international de la Croix-Rouge, et un grand nombre d'acteurs de la société civile.

Ces campagnes de sensibilisation ont bénéficié à 83.545 personnes (47,6% de femmes) dont 52.910 enfants, notamment via 200 séances d'éducation en milieu scolaire et 360 journées de travail en milieu rural, a-t-il fait savoir. "Néanmoins,sur la période de 1975 à aujourd'hui, un nombre important de victimes, s'élevant à 2692, est à déplorer, dont 813 décès, du fait des mines posées de manière anarchique par les milices séparatistes dans nos provinces du Sud", a-t-il fait remarquer.

A ces victimes, a-t-il poursuivi, le Maroc accorde une assistance complète et une prise en charge totale de la situation allant des soins, jusqu'aux opérations chirurgicales, rééducation, pose de prothèses et soutien psychosocial. Ces victimes bénéficient également des dispositions comprises dans la Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées, à laquelle le Maroc a adhéré en 2009, en vue de leur autonomisation et réinsertion dans la société nationale, de manière effective, a souligné l'ambassadeur. De plus, le cadre législatif national assure une indemnisation à toutes les victimes de mines antipersonnel et des restes explosifs de guerre,sans tenir compte de leur source, bien qu'elles soient, à grande échelle, posées par les séparatistes, a-t-il rappelé.

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.