Madagascar: Haute Cour de Justice - Des députés cités dans certains dossiers

Public Domain Pictures
Maillet de Justice

Nouveau report du vote de la résolution de mise en accusation de certains anciens ministres. Les députés ont pris du recul.

UN accouchement difficile. Un mois et demi après le traitement des dossiers des anciens ministres soupçonnés d'être impliqués dans les affaires de détournement de deniers publics, de favoritisme, de conflit d'intérêts et d'abus de fonction, la commission spéciale de mise en accusation devant la Haute cour de Justice à l'Assemblée nationale avance que les enquêtes ne sont pas encore bouclées.

Tout s'est déroulé comme d'habitude à l'Assemblée nationale de Tsimbazaza, hier. Les élus ne se sont pas bousculés pour commencer la séance. Une longue réunion de la commission a retardé l'ouverture. L'appréciation de certains membres de la Chambre basse des dossiers traités au sein de la commission de mise en accusation devant la Haute Cour de Justice y est pour quelque chose.

Selon certaines indiscrétions, « des députés sont cités dans certaines affaires ». Il s'agit des grands dossiers répertoriés depuis la Transition puis lors du précédent régime. Tandis que d'autres bruits de coulisses laissent entendre que « les élus hésitent à présenter le rapport d'enquête de peur de représailles politiques ».

Imprévue

Une ambiance très calme a marqué la séance plénière d'hier à Tsimbazaza. Alors que l'attention des observateurs était focalisée sur l'identité des accusés convoqués devant les élus, seul un ministre sur les trois impliqués dans les affaires était présent à l'heure inscrite à l'ordre du jour. Julien Reboza, ancien vice-Premier ministre chargé de l'Aménagement du territoire et du développement, accompagné de son avocat, a répondu présent.

À peine la séance commencée, les députés ont préféré reporter l'audience à la prochaine rencontre convenue pour qu'ils puissent continuer l'étude des dossiers. La demande de report a été imprévue, évoque Honoré Tsabotokay Honoré. La veille de la séance plénière, le président de la commission a annoncé que les dossiers sont prêts à être présentés à l'exception d'un accusé qui n'a pas pu être auditionné en raison d'un problème de santé.

Cinquante-trois élus ont approuvé la prolongation. Cette contrainte-temps peut avoir des conséquences sur le traitement de ces dossiers. Les députés sont tenus de présenter leur rapport durant la session ordinaire. La commission spéciale est pourtant bloquée au niveau des quatre dossiers alors qu'elle devrait en examiner douze.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.